mdas

Vêtu d’une queue-de-pie inhabituelle, le ministre de l’Education nationale s’est agenouillé devant les élèves grévistes et certains de leurs parents, le 10 août dernier, sur le parvis de la cathédrale Sainte-Marie de Libreville, créant ainsi un tohubohu d’interprétations sur la Toile, y compris ésotérique et paranormal.

© facebook.com/marcel.libam
© facebook.com/marcel.libam

 

Léon Nzouba ne s’y attendait sans doute pas et sans doute ne se doute-il même pas du destin sur les réseaux sociaux d’une photo de lui, publiée par Marcel Libama, sur Facebook le dimanche 10 août dernier. On y voit le ministre de l’Education nationale, accoutré d’une queue-de-pie comme un lord Anglais, à genoux sur le parvis de la cathédrale Sainte-Marie de Libreville et demandant pardon à une dame, elle aussi au sol.

Pour surréaliste qu’elle soit, l’image a fait l’objet d’une multitude de statuts sur les comptes Facebook des internautes gabonais et a donné lieu à des lectures diverses, allant de l’étonnement à la raillerie, en passant par l’interprétation mystico-occulte. Pourtant, pour l’auteur de la photo les choses se sont exactement passées ainsi : Le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et Professionnel s’est rendu le 9 août 2014 à la cathédrale Sainte-Marie en vue de rencontrer les élèves qui y observent une grève de la faim pour avoir été admis au bac 1 avant d’être recalés au bac 2. Au terme d’un échange, il leur a demandé de pardonner, de mettre un terme à leur grève de la faim et de regagner leurs domiciles. Et Léon Nzouba a promis aux bachoteurs en sursis qu’il va prendre en compte «la méthode de calcul réclamée par ces élèves. À savoir : les moyennes du bac 1 additionnées à celles du bac 2 que l’on diviserait par 2 afin d’accéder à leurs doléances. La promesse du ministre n’a convaincu personne parmi les grévistes de la faim. Ce qui l’a poussé à jurer par son père et à se mettre à genoux pour prouver qu’il tiendrait promesse et que pas le moins du monde il ne blaguait», explique Marcel Libama, le délégué administratif de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed).

Face à ce spectacle, une mère de famille présente sur les lieux «a supplié à son tour le ministre pour lui demander de se relever estimant qu’il n’avait pas à agir ainsi et lui rappelant qu’un grand ne se met pas à genoux devant les enfants», raconte Marcel Libama. Si pour les internautes Gabonais qui ont largement commenté cette photo sur Facebook, on est en présence d’une nouvelle tartuferie, Marcel Libama, joint au téléphone, indique que conformément à la déclaration de Léon Nzouba ce jour-là, «la réhabilitation des élèves grévistes est attendue pour le 12 août 2014».

Mains tendue et ombres. © facebook.com/marcel.libam
Mains tendue et ombres. © facebook.com/marcel.libam

En attendant, l’image continue d’être partagée sur les réseaux sociaux et à susciter des commentaires divers, au titre desquels l’un des plus des plus notables a été posté par De Moutassou Le Corbeau, un chroniqueur masqué bien connu des réseaux sociopolitiques gabonais. Celui-ci fait remarquer en effet : «Attention au jeu des ombres par terre : ce n’est pas la main du Ministre mais probablement celle de l’adjudant Mayombo ! La main du Ministre étant pliée et celle de l’ombre étant tendue raide, il y a là un de ces mystère, dans cette photo, dont le Gabon est coutumier : c’est une photo pour l’Histoire ! Ce n’est pas nom plus la main du personnage à gauche du Ministre car cet individu touche la main de la maman étendue par terre… Vous avez dit mystère ? A qui appartient la main de l’ombre ?» Au premier regard de ce qui n’est qu’une illusion d’optique, on se demande effectivement à quoi correspond l’ombre, au sol, de la main tendue ? Et là, toutes les interprétations sont possibles, surtout que le look du ministre de l’Education vient en rajouter. Dans les faits, celui-ci sortait du palais de la présidence de la République où venait d’avoir lieu la cérémonie d’allégeance au drapeau, dans le cadre la journée nationale de l’étendard du pays.

La scène offerte par le ministre de l’Education nationale à la cathédrale de Libreville intervient quelques heures après sa rencontre avec les acteurs de la Conasysed qui ne se sont pas gênés pour critiquer son action, jugée «médiocre», à la tête du département qu’il supervise aujourd’hui.

 

 

 
GR
 

32 Commentaires

  1. Kombila Aimé dit :

    du jamais sur terre. un ministre s’agenouant devant des grévistes.

  2. nze dit :

    je ne savais pas qu’un ministre pouvait avoir cette qualité.félicitation!

  3. Le partant dit :

    Nzouba est un malin. Il prépare l’avenir.
    Se mettre agenou devant des grévistes…

    Avec cette photo pour preuve, il pourra se défendre d’avoir fait autre chose
    que de se prosterner devant le Bonobo en chef qui se prend pour un drapeau et
    que lui non plus ne tient en estime.
    …juste après son allégeance au  » monarque »….
    Kiakiakia.

  4. willy moundounga dit :

    on se demande reelement ou va notre pays et voila une image en plus qui d’ecrit le declin que notre beau pays en entrain de subir.

  5. Bouka Rabenkogo dit :

    Médiocrité!!!

  6. legabonaisvoi dit :

    Une République de bouffons!

  7. Le Pensif dit :

    Et pourquoi? pas l’humilité est une vertu qui manque trop souvent à nos politiques, si un Homme, un Ministre, un Président soit il mesure la détresse qu’engendre un fait fait social du ressort de sa responsabilité, s’incline face à cette détresse il faut lui reconnaitre les valeurs de responsable.

    Railler, se moquer, trouver des interprétations désabusantes n’est que l’expression d’une certaine pauvreté morale et intellectuelle. Il faut dépasser parfois des réflexes de majoritaires ou d’opposant, l’HOMME est au centre de tout.

    L’humilité manque trop souvent à nos politiques, nos dirigeants, qui ne savent pas que la politique qu’ils qu’ils mènent est avant tout pour le peuple, on est Ministre parce que peuple est la, et il attend que les orientations politiques produisent des fruits qui lui apportent un mieux être.

    Une Ministre de ce gouvernement approchée à sa première nomination par des membres d’une association pour connaitre qu’elle politique elle entendait mettre en œuvre pour régler une problématique sociale majeure a répondu « Je n’ai aucune réponse à vous donner, j’ai été nommée par le Président et le Premier Ministre, c’est à eux à qui je dois rendre compte. Voilà un Ministre qui manque d’humilité et qui ne sait pas pourquoi elle a été choisi.

    Mais il faut faire attention, la grève de la faim ne doit pas être utilisé pour influencer le gouvernant, c’est un mode d’expression du désespoir pas de chantage. Nos populations doivent avant tout respecter les lois, tout comme elle doivent s’identifier aux règles établies par le législateur, d’où une vraie et bonne représentativité dans les 2 chambres.

  8. GABAO dit :

    On ne demande pas aux gouvernants de tout pays de se mettre à supplier ou à genou c’est idiot ! Quand on s engage en politique c’est pour trouver des solutions à ce pays et non de la bétise en terme de réponse au population. Les peuples demandent à être administré en tenant pour facteur égalités des chances pour tous si on a pas de solution politique merci de laisser la place à d’autres , mais là est un autre débat…

  9. Djouori dit :

    Sans etre un ami du Ministre de l’Education national et sans etre un membre du PDG, j’admire le courage de ce minister a s’agenouiller devant le peuple que le PDG a tant humilie pendant plus de 40 ans. Maintenant, que tout le gouvernement demande au peuple gabonais pardon pour chaque detournement de fonds, pour chaque vol, pour chaque mort du au manqué de medicament ou de moustiquaire quand les ministers les detournent. Ce pardon doit aussi venir de tous ceux qui sont maintenant opposant et qui ont pille l’Etat en leur temps. Alors qu’ils s’engagent a render au tresor public tout ce qu’ils ont vole et les benefices generes. Ainsi nous croirons en leur desir de changement. Enfin, que les dirigeants actuels jurent de ne plus detourner les biens et fonds publics.Mbolwani!!!

  10. Vert-jaune-bleu dit :

    Nzouba ou le vaccin contre la honte

    Voilà chers enfants, un pays au sol. Petit Nzouba, as-tu résolu l’affaire des crimes rituels où ton nom a été cité comme commanditaire? Non, et tu n’es même pas inquiet car tu sais que tant que les Bongo seront là, personne ne te mettra en prison.
    Aujourd’hui tu viens te moquer de ces jeunes qui exposent un problème banal que n’importe quel ministre nul aurait pu résoudre les yeux fermés. Les gabonais n’ont pas besoin de vos larmes de vipère, ils veulent une vie décente, cette vie que le système des pédé-gistes écrase tous les jours. Vous êtes un système d’une médiocrité venue d’ailleurs, venue d’un âge qui n’existe pas. Le Gabon détient aujourd’hui le record des grèves de la faim. Et vous, vous trouver les solutions en vous mettant à genoux; vous avez vraiment été vacciné contre la honte. Pitié. oh Vert-jaune-bleu, oh Dieu que t’ai-je fais pour mériter cet enfer dans lequel périe mon peuple?

  11. lnk dit :

    Lecteur quotidien de gabonreview.com depuis 1 an, je m’exprime rarement suite aux articles de mon journal en ligne préféré. La première fois c’était au sujet de la FEGAFOOT, et j’étais pas content de mes journalistes. la 2e c’est aujourd’hui. Et là c’est POUR LES FELICITER quant au TRAITEMENT de cet article avec une bonne dose de NUANCE.
    C’est ce qui nous manque parfois à nous, lecteurs et journalistes gabonais. Nous sommes trop manichéens: soit c’est blanc, soit c’est noir; soit c’est le bien, soit c’est le mal. On ne prend pas assez de hauteur pour voir qu’il peut y avoir du gris.
    Mes propos sont clairs, donc ne me repondez pas en disant que j’ai condamné ou soutenu quelqu’acteur que ce soit de cette scène. Je félicite mon journal pour ce traitement qui me permettra de me faire une opinion avec tous les points de vue possibles.
    On a toujours tendance à ne réagir que quand c’est mauvais. Merci pour cet article.

  12. Mabenda dit :

    Cette affaire grave ternit l’image du pays, decrédibilise les institutions de la République. Une suite immédiate doit être donnée : faute pour le ministre de démissionner – on voit qu’il n’a pas de couilles pour le faire – il doit être relevé de ses fonctions. Il doit aussi sortir du Gouvernement car aucun administré ne lui témoignera plus jamais de respect.

  13. rodrigue dit :

    On demande la même humilité, la même compassion et dévouement dans la gestion de la chose publique.

  14. nef dit :

    Du jam1 vu ô gabon, 1 ministre qui dmande pardon. Bravo Pr NZOUBA, et jspr que nos ptit frère vs ont parfaitement compri. Chapo!!!

    • Mouthou dit :

      Ce ministre demande pardon pourquoi quel acte commis par l’administration? Les torts sont partagés: le secrétariat du Bac à tort de n’avoir pas communiqué suffisamment sur les modalités d’admission au Baccalauréat, c’est vrai. Par contre, les élèves, eux aussi ont une grande part de responsabilité pour avoir négligé l’examen en croyant que c’était déjà acquis, du fait d’avoir réussi au Bac 1.
      Aujourd’hui, après instruction venant d’en haut, les modalités ont été revues. Les notes du Bac 1 avec coefficient ont été associées à celles du Bac 2. Après calcul, il ressort que la majorité se retrouvent admissible. Aucun admis d’office, les notes du Bac 2 étaient médiocres pour l’ensemble, ce qui fait qu’elles n’ont pas pu couvrir les précédentes. Le plus rocambolesque dans tout ça, c’est que nos futurs étudiants refusent catégoriquement de passer les oraux et veulent qu’on leur donne Baccalauréat d’office.
      Même si nous sommes au Gabon, mais quant même……….!
      Léon Nzouba a plié le genou une fois, il devra le faire une seconde fois…….!
      Que fait-on pour les élèves qui se sont retrouvés diminués pendant le déroulement des épreuves du bac, du fait d’une incapacité par maladie, mauvaises conditions de vie au quotidien, manque d’argent pour le taxi etc. Pour ceux-là aussi, on doit prévoir un arrangement alors? ou bien…?..!

  15. UnBangando dit :

    Pas de politique_spectacle monsieur le ministre, des solutions svp!!!

  16. Bill Ngana dit :

    Photo effectivement inédite : un ministre de la République à genoux sur le parvis de la cathédrale. Il n’y aurait rien d’étrange à cette scène si c’est pour adorer l’Éternel. Mais tourner le dos à la Maison de Dieu, pour demander pardon à ses obligés : quel scandale ! Huit mois ne suffisaient-ils pas à Monsieur le Ministre et ses collaborateurs pour réfléchir sérieusement dans quelles conditions bien faire passer l’examen du Bac aux enfants ? Cette pitrerie éclabousse toute l’administration émergente et tout le pays !

  17. kevbond dit :

    Pour info l’ombre provient du bras du jeune homme en t-shirt bleu à gauche de l’image. Ce n’est pas la main de dieu et il n’y a pas lieu de polémiquer sur une quelconque consonance ésotérique.

  18. UnBangando dit :

    Pour la fameuse énigme: la main dessinée par l’ombre est bel et bien celle de la personne à droite du ministre qui tend sa main vers la dame sur le sol. Note: un effet d’optique vous fait croire que la main de cette personne (à droite du ministre)touche celle de la dame. En réalité il n’en est rien. 30 ou 40 bon centimètres séparent les 2 mains. Et dans tous les cas il n y a que cette personne seule qui a le bras aussi tendu.

    Bien, à présent que l’énigme est résolue, monsieur le ministre, inutile de vous age-nouer et de vouloir jouer au médecin après la mort, au boulot!

  19. Boubwèbwatsande dit :

    Un mitsogho ne ment jamais quand il jure. Ya Leon n avait pas besoin de s agenouiller devant les petits paresseux recalés au bacho de l emergence.Un simple « kivi mangongo ma dibokooo » suffisait…
    Chaque année c est le même scénario ce sont les échoués qui gagnent toujours à la fin. Tsouoooo… Quel pays!!!

  20. gherdqs dit :

    C la main de Kiki, le SG qui rattrape la dame

  21. Ngonzet dit :

    L’humilité précède la gloire.

  22. Pigero dit :

    Du jamais vu dans l’histoire de notre pays.

  23. Aegle Race Power dit :

    Dans tous les cas, un Chef doit pouvoir assumer ses décisions et dans le cas de Papa Léon, il a fait preuve de faiblesse. un ministre est souverain et parle au nom de l’état et à ce titre il doit en préserver l’image. Il a vendu à moins cher l’image de notre pays . Démissionner c’est petit , il aurai même du se tuer!!!

  24. De position apolitique….
    Pour les piètres et infâme-ignares Gabonais qui pensent que le geste compassionné de cet homme social Léon Nzouba?à qui je tire mon chapeau, est une encoche de raillerie pour amuser la galerie,je vous invite à mettre un temps soit peu votre médiocrité,centre de moisissure de vos esprits, à juger des faits sous le portrait de l’apparence.Ce geste accompagné de cette démission se doit d’être félicité car c’est un geste digne d’un homme qui tient à sa dignité et à son respect.Il n’a pas voulu avoir en conscience les émanations d’une mauvaise gestion d’un gouvernement boiteux mais surtout imposteur car il(gouvernement) nous montre une facette qui n’est pas la leur.Ne jugez pas les choses de plus près mais apprenez à vous en éloigner un peu afin de mieux voir les choses autrement……

  25. le corbeau dit :

    Qui a parlé d’une main invisible ???

    Je ne sais pas si le monsieur qui a écris cette article a des yeux pour voir. Réflexion limité ??? Ou bien handicap neuronal ???

    Primo : Il faut considérer la position du soleil.
    Dos : La main est belle et bien celle du monsieur qui tend la main vers la maman. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne touche pas vraiment la maman. La position du photographe est telle que les deux mains sont alignées sur le même axe donnant l’illusion qu’elles se touchent

    Tout ceux qui ont fait la géométrie de l’espace à l’école se retrouve dans mes explications. Sauf si ont ne sait pas réfléchir scientifiquement en observant les éléments au lieu d’accuser le pauvre papa Léon de transporter des ombres mystiques noir, lol.

    Vraiment !!! Le noir reste noir…
    Continuez dans votre « Noiretisme », moi je change bientôt de peau comme Jackson.

    • François Ndjimbi dit :

      Avez seulement lu l’article ? L’auteur cite De Moutassou le corbeau et parle d’ « illusion d’optique ». Comment vous demandez-vous qui a écrit l’article, comme pour l’incriminer. La « réflexion limitée » ou l' »handicap hormonal » n’est pas là où vous voudriez la trouver. Bon Dieu! Après vous direz que nous sommes arrogants…

  26. medo simplice dit :

    Mais si un ministre se met a genou je ne vois pas de probleme,c’est avant tout un humain un pere de famille qui ne veut pas que le sang de ce jeune gabonais coule sur sa tete lui au moins je le trouve humble par ce grand geste qui n’est pas donne a tout humain surtout pas la classe politique. Lui au moins trouve que la jeunesse est sacree,il est courageu de jeter l’eponge chose que beaucoup de ministre ne feront pas il prefere attendre que se soit le president qui le fait. Un chef c’est celui qui se donne du souci pour ses enfants,son peuple ou sa nation. changer de mentalite mes Freres l’humilite precede la gloire.

Poster un commentaire