GR

 

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) a lancé un appel d’offres pour la réalisation des études de faisabilité du projet d’alimentation des provinces du Woleu-Ntem et de l’Ogooué-Ivindo en électricité à haute tension à partir de la Guinée-équatoriale.

La Guinée équatoriale va alimenter le Gabon en électricité.© D.R.

 

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation des études de faisabilité devant permettre d’alimenter les provinces du Woleu-Ntem et de l’Ogooué-Ivindo en électricité à haute tension à partir de la Guinée-équatoriale, a révélé Financial Afrik le 18 juin.

L’appel d’offres vise à réaliser des études de faisabilité techniques, économiques, financières, environnementales et sociales en vue d’évaluer l’aspect commercial du projet. Il vise également à identifier des solutions à moindre coût pour la fourniture d’énergie, déterminer les indicateurs et les paramètres habituels favorisant une décision ultérieure sur le financement et la mise en œuvre du projet.

Pour soumissionner, «la Commission de la Cemac invite les candidats intéressés à exprimer leur intérêt en fournissant des informations indiquant leur capacité à satisfaire techniquement aux exigences inhérentes à la réalisation de l’étude, notamment des documents de présentation qui détaillent l’exécution du travail analogue», jusqu’au 25 juin.

Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs poursuivis par les pays d’Afrique centrale de faire de leur sous-région, «un espace intégré émergent, où la sécurité, la solidarité et la bonne gouvernance prévalent pour le développement humain», a expliqué la Commission de la Cemac.

Outre ce projet, la Cemac affirme avoir prévu la réalisation de plusieurs autres projets d’interconnexions électriques inter-Etats qui seront financés avec le concours des partenaires au développement, tels que la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (Bad).

 
GR
 

12 Commentaires

  1. Père de Dieu dit :

    Dieu mon Fils

    La Guinée Equatoriale (qui dans un passé récent au Gabon, l’équato (habitant de la Guinée Equatoriale) était synonyme de clochard), donne une leçon mémorable de gestion d’un pays aux « clan Bongo-PDG à la tête du Gabon depuis plus d’un 1/2 siècle », par la gestion « rigoureuse » du pétrole de la Guinée par Obiang Nguema Mbasogo son Président.

    Le pétrole du Gabon partagé entre les « Bongo » et la France n’a fait qu’appauvrir le Gabon.

    Père.

    • Fille dit :

      Eh oui, ce temps-là n’est pas si loin de nous et j’ai en mémoire la discrimination que subissaient les équato-guinéens. Comme on dit « Qui vivra, verra ». Le Gabon aurait pu, mais ses élites ont plus vu leurs ventres que le Gabon. Au fait, qui peut m’expliquer la différence entre diriger et gouverner ? Parce que visiblement il y en a entre dirigeant et gouverneur. Prenez soin de vous.

  2. Serge Makaya dit :

    A Ntare Nzame! Je me rappelle encore l’époque où le Gabon alimentait cette Guinée Équatoriale en électricité. Les Bongo nous ont donné la honte d’être gabonais. Kié! Qui aurait cru une chose pareille il y a encore de cela trente ans? Pitié!!!

  3. Legaboma dit :

    Vraiment c’est triste pour mon pays, avec tout l’argent qu’on a ,on va jusqu’à être alimenté par un pays voisin…. Hé Dieu ..Pitié de nous !!

  4. Elvire MASSIMA dit :

    C’est un projet d’interconnexion électrique inter-Etat financé par la Bad et BM.Le Gabon ne va rien sortir de sa caisse.Donc c’est une possibilité d’electrifier les provinces frontalières.

    • Fille dit :

      C’est bien là le hic. Si le Gabon avait pu le faire pendant le grand boum pétrolier, la BAD financerait d’autres projets aujourd’hui avec cet argent.

      Le Gabon se trouve être au peleton arrière alors qu’il aurait pu être la puissante locomotive de tête de l’Afrique centrale. Entre diriger et gouverner, il y a très certainement la même différence que dirigeant et gouverneur pardi !

      Bon, je crois que j’ai épuisé mon quota de posts aujourd’hui. Prenez soin de vous.

  5. Hélène dit :

    Les choses de la honte. Kiehhhh ! Gabon, avec autant d’argent, incapable de pouvoir assurer le minimum à la population. Tchuippps. On devrait prendre exemple sur la Guinée-Équatoriale

  6. jean pierre dit :

    c’est un projet qui avait fait l’objet d’une etude de faisabilite technique et financiere de la part du peac(pool energetique de l’afrique centrale). un autre projet similaire du meme peac sera egalement lance pour des connexiosn energetiques inter etats (inga en rdc cabinda en angola et pointe noire au congo brazzaville)

    pour rappel le peac est une agence communautaire des 11 etats de l’afrique centrale

    il n y a donc pas de sentiments de honte a nourrir.

    • Fille dit :

      Le sentiment de honte est légitime ici et vient du fait qu’il ait fallu attendre ce genre de financement pour une telle réalisation et en 2020. Au moment du grand boum pétrolier, le Gabon était pratiquement sous peuplé en rapport avec son énorme potentiel. Ce pays avait tout pour sortir du lot. C’est de là que vient le sentiment de honte. Mais bon, au moins ça me diriez-vous.

  7. Le problème n’est pas tant de savoir qui finance. D’ailleurs, au Gabon nous avons une longue tradition de récupération de projets que l’Etat n’a même pas financer. Il s’agit plutôt, ici, de constater le retard accusé par ce petit pays, au PIB par habitants si élevés.
    Je pense que l’émergence tant promis pour 2025 est à netter aux oubliettes … !

  8. Père de Dieu dit :

    Dieu mon Fils

    Les émergents on ne sait d’où veulent toujours défendre l’indéfendable.

    L’article stipule bien que : « Cemac : La Guinée-équatoriale va alimenter le Gabon en électricité » et de préciser : «La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation des études de faisabilité devant permettre d’alimenter les provinces du Woleu-Ntem et de l’Ogooué-Ivindo en électricité à haute tension à partir de la Guinée-équatoriale, a révélé Financial Afrik le 18 juin ».

    Pourquoi ne pas alimenter la Guinée Equatoriale à partir du Gabon?

    La réponse est simple : le Gabon a pratiqué la politique de la cigale de « bougeuse » des fesses alors que la Guinée Equatoriale petite fourmie est au labeur.

    Père.

  9. alain mbongo dit :

    A la question de savoir pour quoi Obiang Nguema industrialise son pays, il suffit d’être un peu dupe: Obiang Nguéma a un acte de naissance qui sonne la guinée équatoriale, cela ne saute pas aux yeux. or au Gabon, le président virtuel saute aux yeux! Avant 2023, l’article 10 e la constitution gabonaise sera gommé de la constitution. qui vivra verra…

Poster un commentaire