mdas

La commission de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) envisage d’offrir à L’Université afro-américaine d’Afrique Centrale, connue sous son sigle anglais «AAUCA» le label de pôle d’excellence communautaire permettant à cet établissement d’enseignement supérieur de figurer au classement de Shangaï ou des classements de même nature et de répondre aux défis de développement de la région.

Le siège de l’Université afro-américaine d’Afrique Centrale. © D.R.

 

Du 17 octobre au 24 octobre 202, une mission technique de la Commission conduite sous la responsabilité du commissaire en charge du département de l’éducation, de la recherche et du développement social (DERDS), Jose Antonio Edjang Ntutumu Avomo, et mobilisant l’expertise universitaire sous-régionale, a dressé l’état des lieux de l’actuelle AAUCA et dessiné les contours réels, en termes de gouvernance académique, universitaire, pédagogique et scientifique de sa transformation en pôle d’excellence communautaire.

Au cours des travaux, les échanges se sont essentiellement focalisés sur la déclinaison des critères ou normes et standards internationaux d’attribution du statut de «Pôle d’excellence» ; l’analyse de l’existant et l’évaluation des acquis ou besoins aux différents niveaux de gouvernance universitaire, en termes de forces/atouts et faiblesses/opportunités de l’AAUCA. Ce travail doit permettre la formulation des recommandations en matière de la consolidation du cadre juridique, d’assurance qualité, de renforcement de gouvernance universitaire (académique, scientifique, pédagogique, recherche), de refonte de l’offre de formation et de partenariat avec le Cames et l’Unesco. Un diagnostic complet qui devra servir d’aide à la décision.

Selon le rapporteur de cette mission, le directeur de l’enseignement supérieur à la Commission, Dr Bertrand Doukpolo, l’excellence de son partenariat avec l’Unesco a permis à l’AAUCA de s’approprier d’importants programmes structurants dans le cadre du lancement de ses activités et de son ouverture à l’international. A terme, cette tendance confortera sa visibilité internationale et son insertion régionale et transfrontalière.

Un instant des travaux de la mission technique de la Commission Cemac. © Cemac

Cependant, estime-t-il, il reste encore à l’AAUCA de mieux structurer sa stratégie d’expansion, par la détermination des différentes étapes à franchir et l’élaboration de plaidoyers pour l’obtention des moyens nécessaires. Sur cet élan, la Commission doit finaliser le processus de transformation de l’AAUCA en centre d’excellence communautaire pour permettre à cet établissement de prendre rapidement sa vitesse de croisière.

Le tout nouveau campus d’AAUCA s’étend sur 115 000 m2 dans la région d’Oyala – Djibloho – Mongomo. Son infrastructure moderne comprend neuf bâtiments imposants abritant huit facultés (informatique, ingénierie, éducation, sciences naturelles, sciences économiques et commerciales, sciences de la mer et de l’environnement, architecture, médecine et biologie). En outre, il y a une bibliothèque générale remplie de lumière, un laboratoire informatique moderne, une cantine moderne, un auditorium à la pointe de la technologie, des dortoirs entièrement équipés pour étudiants et professeurs et un complexe sportif.

L’Université afro-américaine d’Afrique centrale (AAUCA) est une université d’excellence de portée mondiale. La Guinée équatoriale a signé un accord de coopération avec l’Unesco, lui confiant le lancement et la gestion d’AAUCA au cours des cinq prochaines années.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire