mdas

 

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Erlyne Antonela Ndembet Damas, séjourne depuis le 22 novembre à l’île Maurice où elle participe à la réunion des ministres de la Justice et des hauts fonctionnaires du Commonwealth. Les travaux se déroulent autour du thème : «Renforcer  la coopération internationale par l’état de droit et la protection des droits de l’homme». En d’autres termes, il s’agit de mettre l’accent sur la promotion des droits de l’homme.

Le ministre de la Justice, Erlyne Antonela Ndembet Damas. © Min. Justice

 

Les assises des ministres de la Justice du Commonwealth se sont ouvertes le 22 novembre dernier avec la Réunion des hauts fonctionnaires des Ministères de la Justice. Elles visaient à faire progresser «le Commonwealth de consensus et de coopération» et à permettre aux acteurs de définir les orientations claires, sur une série de questions juridiques, d’état de droit et de justice d’intérêt mutuel pour les pays membres. Le Gabon est représenté à ces travaux par son ministre de la Justice Erlyne Antonela Ndembet Damas. 

Débutés le 22 novembre, ces assises ont également été l’occasion pour les participants de faire de nouveaux progrès sur les questions d’accès à la justice, guidé par le plan d’action pour l’égalité adopté par les chefs d’État du Commonwealth à Kigali en juin 2022. Dans cette perspective, la réunion des ministres, qui prend fin le 25 novembre, soutient la promotion des droits de l’homme tout en accélérant les progrès vers les objectifs de développement durable énoncés dans l’agenda 2030 des Nations Unies.

La plénière ministérielle a vu la contribution du membre du gouvernement gabonais sur des points inscrits à l’ordre du jour, à savoir, le renforcement de la coopération internationale par l’État de droit et la protection des droits de l’homme, l’égalité d’accès à la justice, l’avenir des juridictions, les modèles de lois et des contrats, l’assistance juridique mutuelle, l’entraide judiciaire.

Autres points devant être abordés, le droit et le changement climatique, les critères anticorruption du Commonwealth ; les cadres juridiques et réglementaires du Commonwealth pour l’économie numérique, la cybersécurité pour les élections, les dispositions types sur la protection des données, la liberté d’expression et le rôle des médias, la convention de Singapour sur la médiation, la diversité dans les nominations judiciaires, la transformation de la Justice judiciaire, le règlement extrajudiciaire des différends  et la transformation de la justice militaire.

Les chefs des départements de la justice ont été invités à contribuer en vue de la prise en compte des propositions et observations dans le rapport final qui sera lu le 25 novembre 2022 au terme des travaux.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire