HABANA

 

Ayant soupé de plus d’un an d’indifférence du ministre de l’Education nationale, les enseignants membres de la Conasysed se tournent vers le chef du gouvernement et certaines institutions constitutionnelles pour la satisfaction de leurs revendications.

Rose Christiane Ossouka, sollicitée par la Conasysed pour solutionner son cahier de charges. © Presse Primature

 

Le 3 février 2020, la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (Conasysed) avait déposé un cahier de charges sur la table du gouvernement. Plus d’un an après, aucun point de la liste de besoins et revendications n’a été résolu. Privilégiant le dialogue et les négociations à la menace de grève, cette centrale syndicale a décidé, le 10 mai, de se tourner vers le Premier ministre, l’Assemblée nationale, le Senat et le Conseil économique social et environnemental, pour une intercession auprès de Patrick Mouguiama Daouda, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, du Transfert de technologies, de l’Éducation nationale, chargé de la Formation civique.

Traduite dans le réel par des correspondances adressées à chaque responsable d’institution sus-citée, la nouvelle option du syndicat vise la résolution des problèmes posés par la Conasysed en prélude à l’organisation des différents examens scolaires qui pointent à l’horizon.

Parmi ces revendications, figurent la régularisation de toutes les situations administratives (recrutement, intégration, titularisation, avancement, reclassement) ; le paiement des rappels solde et des sommes dues ; le paiement des vacations 2020 ; l’organisation des concours internes d’entrée à l’ENI et à l’ENS ; l’octroi de la prime Covid-19. Mais également, la nomination régulière des chefs d’établissement et autres administratifs, car ceux nommés le 30 septembre 2019, le sont dans l’illégalité en l’absence d’un décret de nomination, conformément à l’article 20 de la Constitution de la République Gabonaise, et à l’article 63 de la loi 8/91 portant statut général des fonctionnaires etc.

Des différentes institutions sollicitées, la Conasysed escompte «une sortie satisfaisante pour tous sans laquelle l’année scolaire ne saurait s’achever sous de meilleurs auspices».

 
GR
 

2 Commentaires

  1. ABRAHAME dit :

    Et un véritable diagnostic des potentialités humaines du ministères cyniquement occultées

Poster un commentaire