GR

 

Conséquences directes des mesures prises à travers le monde pour lutter contre le Covid-19, des milliers Marocains se retrouvent coincés à l’étranger. Au Gabon, ils sont une quarantaine à vouloir rentrer chez eux mais en attendant que tous les moyens soient réunis, une cellule de veille pour les aider et les accompagner est établie à l’ambassade du Maroc.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Au Gabon, l’état d’urgence sanitaire a été décrété et sans possibilité de vol retour, ni même de logement, les hôtels ayant été contraints de fermer, plusieurs ressortissants étrangers de passage dans le pays se trouvent en situation de détresse. Parmi eux, des Marocains. L’empire chérifien a, mi-mars, fermé ses frontières et suspendu ses vols internationaux pour freiner la propagation du Coronavirus dans le royaume. Des vols spéciaux ont permis de rapatrier des milliers de ressortissants étrangers qui y étaient bloqués, mais les Marocains de passage à l’étranger, pour quelques raisons, n’ont pas pu regagner leur pays. A travers le monde, ils sont un peu plus de 22.000 dont environ 2000 en Afrique et une quarantaine au Gabon qui veulent rentrer chez eux.

Dans ce pays d’Afrique centrale, certains étaient venus pour 10 jours et se retrouvent coincés depuis près de 2 mois. «On était obligé de passer la période du confinement ici», a confié un marocain en détresse. «J’ai laissé ma femme enceinte et elle est à son 9e mois. C’est mon premier bébé et elle peut accoucher à n’importe quel moment. En venant ici, je ne me suis pas préparé pour 2 mois. Ma famille et moi n’étions pas prêts ni psychiquement ni matériellement pour une période de 2 mois», s’est-il inquiété espérant que le gouvernement de son royaume affrète un avion pour le rapatriement des Marocains de passage à l’étranger. Mais entre les espérances de ceux qui souhaitent regagner leur pays et la bonne volonté des autorités diplomatiques, les réalités du terrain sont autres. Qu’à cela ne tienne, un rapatriement est envisagé.

Un rapatriement envisagé

Face à la fermeture des espaces aériens notamment marocain, une cellule de crise a été créée au Gabon avec, à la clé, les numéros de téléphones des principaux responsables de l’ambassade du Maroc au Gabon. L’idée, pour la représentation diplomatique, est de rester à l’écoute de la communauté établie dans le pays et lui apporter assistance le cas échéant. Dans ce cadre, ont également été recensés les Marocains de passage au Gabon et qui y sont bloqués. Selon des sources proches de l’ambassade, ils ont été approchés pour connaître leur position sociale ainsi que les conditions de leur séjour au Gabon. Les autorités diplomatiques seraient quotidiennement en contact avec eux pour se renseigner sur leur état de santé, leur moral et leur venir en aide le cas échéant.

Estimés à peu près une quarantaine, ces Marocains bloqués espèrent que le gouvernement de leur royaume affrète un avion pour leur rapatriement et qu’on leur assure que cette solution est envisagée. La situation est cependant bien plus complexe, d’autant plus qu’il faut rapatrier les 22.000 marocains bloqués à travers le monde suite à la fermeture des frontières aériennes. Pour ce faire, signale-t-on, les moyens logistiques doivent être réunis et les garanties sur l’état de santé des personnes à rapatrier doivent être de mise. L’opération nécessite, à en croire certains, des moyens conséquents d’autant plus qu’aux 22.000 ressortissants bloqués, s’ajoutent des étudiants qui souhaitent également regagner leur pays.

Tenant compte de ces différents aspects, le gouvernement du Maroc préparerait le rapatriement de ses ressortissants bloqués à l’étranger avec le souci de garantir leurs conditions de santé et de sécurité. Si ces derniers sont appelés à faire preuve de patience, certaines indiscrétions assurent que l’ambassade du Maroc au Gabon n’hésite pas à venir en aide à ses ressortissants dans le besoin.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    « A ceux qui nous apportent leur force de travail, donnons leurs en retour notre amitié » disait Bongo 1er.
    Peut-être qu’ils aimeraient mieux avoir un avion ?

Poster un commentaire