Le président d’Ensemble pour la République (EPR) a souhaité, le 24 mars à Libreville, la mise en place d’une stratégie nationale de prise en charge des personnes  soupçonnées ou atteintes du coronavirus. «Cette stratégie doit permettre de détecter et prendre en charge, au niveau de chaque province, les victimes de cette pandémie», a affirmé Dieudonné Minlama.

Dieudonné Minlama a exhorté le gouvernement à mettre en place d’une «stratégie nationale de prise en charge des personnes soupçonnées ou atteintes du coronavirus». © Gabonreview

 

Épousant les mesures gouvernementales visant à juguler la crise du coronavirus au Gabon, le président d’Ensemble pour la République (EPR) y va de sa proposition. Lors d’une déclaration, le 24 mars Libreville, Dieudonné Minlama a demandé au gouvernement de définir une stratégie nationale de prise en charge des personnes soupçonnées ou atteintes du coronavirus.

«Cette stratégie doit permettre de détecter et prendre en charge, au niveau de chaque province, les victimes de cette pandémie. En cas d’une évolution plus importante de la pandémie, on ne saurait se contenter des seuls centres de prise en charge situés à Libreville», a affirmé le candidat à la présidentielle de 2016.

Ce dernier est cependant conscient qu’une telle stratégie suppose, au préalable, une évaluation sans complaisance des capacités actuelles (logistique, expertise, ressources  humaines et financières, etc.). «Il est clair que la mise en œuvre d’une telle stratégie va nécessiter la mobilisation d’importantes ressources financières, logistiques, technologiques et humaines», a reconnu Dieudonné Minlama, encourageant le gouvernement à associer les retraités, le secteur privé, la société civile et la communauté internationale dans la définition et la mise en œuvre de  cette stratégie.

Par ailleurs, le président d’EPR a souligné que la crise du coronavirus a révélé au grand jour la fragilité de l’économie nationale, ainsi que la dépendance alimentaire du Gabon, «fruit des mauvaises politiques  agricoles menées par les différents gouvernements depuis plusieurs décennies».

Face à ces deux réalités, Dieudonné Minlama a estimé urgent, au sortir de la crise sanitaire, d’accélérer, de façon significative, «la diversification de notre économie et de définir une véritable politique agricole capable de  sortir notre pays  de la dépendance et de l’insécurité alimentaires actuelles».

 
GT
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire