mdas

Le président de l’Assemblée nationale a salué, le 28 mars, la détermination du président gabonais à lutter contre le «terrible» Coronavirus. Faustin Boukoubi a également appelé les Gabonais à appliquer scrupuleusement les mesures gouvernementales, notamment éviter les sorties non essentielles aux heures du couvre-feu.

Faustin Boukoubi (à droite) loue l’engagement d’Ali Bongo dans la lutte contre le Coronavirus. © Communication Présidentielle

 

Après la réception par Ali Bongo, le 26 mars à Libreville, d’un lot de matériel médical destiné à lutter contre la propagation du Coronavirus sur le territoire national, le président de l’Assemblée national a salué la détermination du président gabonais à lutter contre cette pandémie.

«Les images montrant la réception du matériel destiné à renforcer la riposte contre cette terrible pandémie du Coronavirus n’ont échappé à personne (…) Au nom de l’Assemblée nationale, je loue la promptitude avec laquelle le chef de l’Etat, son Excellence Ali Bongo, a réalisé la promesse faite à la Nation entière il y a peine quelques jours, concrétisant ainsi sa détermination à préserver la santé de ses concitoyens», a déclaré Faustin Boukoubi, dans un communiqué publié le 28 mars.

L’élu de la commune de Pana (Ogooué-Lolo) n’a pas manquer d’exprimer le «soutien et les encouragements» de la Nation aux «membres des comités techniques et scientifique, aux personnels soignants et à l’ensemble des personnes impliquées» dans le combat contre le Coronavirus. «Tout en appréciant la disponibilité dont ils font preuve, nous exprimons notre confiance à l’endroit de tous les responsables concernés, afin de gérer ce matériel à bon escient et nous permettre ainsi de parvenir à l’éradication de ce fléau aux conséquences économiques et sociales désastreuses», a ajouté le président de l’Assemblée nationale.

Appelant à la prise de conscience collective face à la gravité du Covid-19, Faustin Boukoubi a invité les Gabonais à appliquer scrupuleusement les mesures gouvernementales, notamment éviter les sorties non essentielles aux heures du couvre-feu. «L’entêtement aggraverait la situation et le catastrophisme n’arrangerait rien», a prévenu le président de l’Assemblée nationale.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    J’ai connu ce cinéma du temps d’Omar Bongo (père). Un sosie (en son absence) faisait le même cinéma. A Ntare Nzame!!! Pauvre Gabon!!!

  2. ULIS dit :

    Faites vite. 2023 pointe à l’horizon. Et ils auront déjà tout préparé, y compris leurs enfants : ce sera ou Junior Bongo, ou Nourredine Bongo (l’un ou l’autre qui ne sera qu’approuvé par la France). Et se sera reparti pour un siècle de Bongo, autant dire le Royaume Gabonais…

Poster un commentaire