GR

Le Gabon fait partie des cinq pays de l’Afrique francophone retenus pour bénéficier du programme Aphro-Cov, un dispositif de soutien de 982 millions de FCFA visant à améliorer la veille sanitaire et la prise en charge des cas suspects de Covid-19.

L’Aphro-Cov vise à opérationnaliser les services hospitaliers gabonais, les dotant d’une capacité diagnostique suffisante pour détecter très rapidement et en toute sécurité les cas éventuels de Covid-19. © Pierre Terdjman / AFD

 

L’Agence française de développement (AFD) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) viennent de lancer Aphro-Cov, un dispositif conjoint visant à améliorer la veille sanitaire et la prise en charge des cas suspects de Covid-19 dans 5 pays d’Afrique francophone : Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, Sénégal.

Piloté par REACTing, ce dispositif ciblera les laboratoires, le dispositif d’alerte précoce, les services cliniques et via une sensibilisation et une communication renforcées de toute la population. Le montant de la subvention accordée par l’AFD à l’Inserm dans le cadre de ce nouveau projet s’élève à 1,5 million d’euros.

S’inscrivant dans les plans nationaux de riposte au virus et dans les directives internationales de l’Organisation mondiale de la santé, l’Aphro-Cov vise à opérationnaliser les services hospitaliers en les dotant d’une capacité diagnostique suffisante pour détecter très rapidement et en toute sécurité les cas éventuels de Covid-19. «Le personnel de première ligne des hôpitaux sera à même d’accueillir les patients, de collecter les échantillons, de fournir un diagnostic et de prendre en charge les individus rapidement. Le projet conduira des études qui appuieront les actions de sensibilisation menées auprès du grand public par les gouvernements et l’OMS afin de favoriser la consultation en cas d’apparition de symptômes», précisent l’AFD et l’Inserm.

Aphro-Cov s’est fixé quatre objectifs précis : former, équiper et renforcer les capacités de 5 laboratoires hospitaliers à proximité des services de maladies infectieuses, appelés à prendre en charge les cas suspects. Il s’agit de réduire le délai de rendu des résultats, en complément des circuits impliquant des laboratoires de référence nationaux ou régionaux, bien souvent distants des centres hospitaliers. Le dispositif vise à former et à renforcer les capacités des Instituts nationaux de santé publique et de leurs Centres des opérations de réponse aux urgences sanitaires (Corus) en matière d’alerte précoce et de circuit de l’information pour la surveillance et le suivi des cas suspects ou confirmés.

Aphro-Cov vise également à former, équiper et renforcer les capacités des services de maladies infectieuses des 5 CHU appelés à prendre en charge les cas (suspects et confirmés) en matière d’hygiène hospitalière, mais aussi d’adéquation de la prise en charge et de soutien psychologique aux personnes et personnels concernés.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Mende jocelyne dit :

    J’ai confiance dans les conseils que vous nous donnez…
    J’espere Simplement que toutes et tous pourront suivre ces conseils de confinement
    Le restez chez vous doit être la phrase du monde entier…
    DIEU protège le Gabon, et l’Afrique …

  2. Bassomba dit :

    On ne peut que s’en réjouir!

Poster un commentaire