GR

L’élection législative partielle au 1er siège du département de Lekoni-Lekori, à Akieni, a été reportée par une décision de la Cour constitutionnelle. Ce report est motivé par les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus.

En raison des mesures gouvernementales pour lutter contre le Coronavirus, l’élection législative partielle au département de Lekoni-Lekori à Akieni a été reportée sine die par la Cour constitutionnelle. © D.R.

 

Prévue les 4 et 18 avril, l’élection législative partielle sur le 1er siège du département de Lekoni-Lekori, à Akieni, n’aura pas lieu. Le scrutin a été reporté par une décision de la Cour constitutionnelle du 26 mars.

La décision de la Cour constitutionnelle fait suite à la requête introduite par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, auprès du Centre gabonais des élections (CGE) afin d’éviter le regroupement et les déplacements des populations. Ayant estimé que la situation constitue «un cas de force majeure», la Cour constitutionnelle a décidé de reporter l’élection tout en prévoyant de fixer une nouvelle date après la levée des mesures gouvernementales prises dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Ali Akbar Onanga Y’obengue, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG), est le seul candidat à cette élection partielle. Le 1er siège de Lekoni-Lekori avait été déclaré vacant en août 2019 par la Cour constitutionnelle, suite à une requête du bureau de l’Assemblée nationale saisie par le PDG après l’exclusion du titulaire du siège, Ali Akbar Onanga Y’obengue pour «atteinte de l’unité du parti et acte contraire à la probité».

Réhabilité le 4 mars dernier, Ali Akbar Onanga Y’Obengue a été réinvesti par les instances du PDG. L’ancien ministre va devoir reconquérir son siège pour regagner le palais Léon Mba. Le scrutin ne devrait constituer qu’une simple formalité, vu qu’il le seul candidat en lice.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Ipandy dit :

    Véritable cinéma. Nous sommes en République bananière.
    Le PDG de ridiculise en reinvestissant ce monsieur. Si non l’exclure n’était pas nécessaire. La suspension aurait été mieux. Voilà que le gouvernement va injecter de l’argent dans une élection ou un candidat aura comme adversaire l’abstention.

Poster un commentaire