TATIE

Les membres de la plateforme citoyenne «Touche pas à ma Terre !» ont dénoncé, le 27 août, la violation par le ministre de la Santé de la loi du 11 mai 2020 fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires.

Les membres de la plateforme citoyenne ‘’Touche pas à ma Terre !’’ ont condamné, le 27 août 2020, la violation par le ministre de la Santé, Guy-Patrick Obiang Ndong, de loi du 11 mai 2020 fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires. © Gabonreview/Capture d’écran

 

Le séjour du ministre de la Santé, Guy-Patrick Obinag Ndong, à Oyem, dans la province du Woleu-Ntem, est au cœur d’une grosse polémique. La plateforme citoyenne ‘’Touche pas à ma Terre !’’ a dénoncé et condamné le 27 août, via un communiqué, la violation par ce ministre de la loi du 11 mai 2020 fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires.

Selon cette plateforme, «des images publiques, abondamment relayées sur Internet par des plateformes de la Mairie centrale d’Oyem depuis ce 26 août 2020, exposent clairement le ministre en charge de la Santé, Guy-Patrick Obiang Ndong, en tournée dans la province septentrionale, en situation de violation flagrante des mesures barrières».

Elle note qu’«il s’agit précisément de celles rappelées régulièrement à tous, par le gouvernement et le Copil, dont l’actuel ministre est le porte-parole, à savoir : l’interdiction stricte de tout rassemblement de plus de 10 personnes, le port du masque obligatoire dans les lieux publics et la distanciation physique en tous lieux et circonstances».

Face ces débordements,  les membres de « Touche pas à ma terre !’’ «déplorent la différence de traitement des citoyens devant l’urgence sanitaire». «Alors que les partis de l’opposition sont interdits de manifestations publiques et que les lieux de cultes sont toujours fermés, le gouvernement et le parti au pouvoir bravent ces interdictions». Ils se réservent «le droit de saisir les juridictions compétentes contre le gouvernement et les auteurs de cette défiance, conformément aux dispositions de l’article 8 de la loi susmentionnée».

Les membres de la plateforme invitent le président de la République et le Premier ministre à tirer toutes les conséquences  de «cet acte d’insubordination de la part du membre du gouvernement, des élus et des responsables administratifs de la province».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire