mdas
 
Maitres Gisèle Eyue, Taty et Akoumbou qui s’étaient opposés à la prestation de serment des avocats stagiaires ont été déboutés par le Conseil d’Etat. Le 29 décembre, 32 jeunes avocats ont prêté serment. Une victoire à mettre au crédit du bâtonnier Lubin Ntoutoume qui est parvenu à faire prêter serment à ses jeunes confrères.

Maitre Lubin Ntoutoume, le bâtonnier du Gabon est sorti vainqueur de la crise qui déchire le barreau sur le dossiers des avocats stagiaires. © D.R.

 

Maitre Lubin Ntoutoume semble sortir vainqueur de la guerre qui déchire le Barreau depuis plus de six mois sur le dossier des avocats stagiaires. Le bâtonnier du Gabon a réussi à faire prêter serment à 32 avocats stagiaires, après un long feuilleton judiciaire devant le Conseil d’Etat, avec ses confrères Gisele Eyue, Jean-Pierre Akoumbou et Taty. Ces derniers s’étaient farouchement opposés à cet acte, à travers des recours introduits auprès du Conseil d’Etat.

La crise a débuté peu après la publication par le bâtonnier de la liste de 32 avocats retenus dans la première vague pour prêter serment, après une longue attente variant entre 4 et 7 ans.

Quelques jours après cette annonce, maitres Gisele Eyue, Taty et Jean-Pierre Akoumbou et d’autres avocats avaient déposé un recours auprès du Conseil d’Etat pour faire annuler la prestation de serment, en raison, avaient-ils argué, des irrégularités constatées dans le choix des candidats. Après moult rebondissements caractérisés par des reports des procès, le Conseil d’Etat est finalement parvenu à prendre une décision finale, en déboutant maitre Gisèle Eyue et ses amis.

Plus rien ne pouvait faire obstacle à la cérémonie. Les jeunes avocats ont donc été autorisés le 29 décembre «à jurer d’exercer la profession avec dignité, conscience, indépendance, probité et loyauté dans le strict respect des lois et règlements en vigueur», au cours d’une cérémonie présidée par le premier président de la Cour de cassation.

Cette cérémonie constitue selon le bâtonnier, une occasion particulière, d’autant qu’il «permet au Barreau d’accueillir en sa chaîne de nouveaux chainons, après une longue attente de sept ans», s’est félicité Lubin Ntoutoume. S’adressant à ses jeunes confrères, le bâtonnier a invité ces derniers «à  participer à la vie de l’ordre des avocats, défendre ce dernier face à l’ennemi, même invisible. Il s’agit d’un devoir porté jusqu’au sacrifice», a lancé Lubin Ntoutoume. Car, «votre indépendance commence dans ce rapport avec votre client. Vous devez être des avocats libres, c’est-à-dire des hommes et femmes qui ne demandent ni ne doivent rien à personne, sauf à l’ordre qui vous accueille, à votre maitre de stage, une dette morale et intellectuelle à la loi car elle est impersonnelle et s’impose à chacun et à tous», a-t-il conclu.
 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire