HABANA

Plusieurs anciennes gloires de la petite reine, réunies autour de l’ancien président de la ligue de l’Estuaire, Jean Félix Rogandji, souhaitent un sursaut d’orgueil pour le cyclisme gabonais. Elles se sont retrouvées le 20 février à Libreville, pour réfléchir sur l’avenir de cette discipline sportive mais aussi pour dénoncer «la mauvaise gestion» de l’actuel président de la Fédération gabonaise de cyclisme (Fegacy), Maurice Nazaire Embinga.

Les anciennes gloires du cyclisme gabonais, lors de leur rencontre le 20 février 2021, à Libreville. © Gabonreview

 

Les anciennes gloires du cyclisme gabonais regroupées au sein du Collectif des Techniciens et Dirigeants du cyclisme gabonais se sont réunies, le 20 février, à Libreville. Se présentant comme «l’âme et la mémoire» de ce sport au Gabon, elles souhaitent une redynamisation de cette discipline, au regard des contre-performances enregistrées durant les 14 éditions de la Tropicale Amissa Bongo. Le Collectif dénonce la mauvaise gouvernance de l’actuel bureau de la Fédération gabonaise de cyclisme(Fegacy) dirigé par Maurice Nazaire Embinga, tout en rappelant qu’il avait déposé au ministère des Sports, le 9 février 2021, une lettre demandant la «mise en place d’un Comité de normalisation» de la Fégacy.

«Nous sommes frustrés parce que, pour beaucoup d’entre nous, on a eu des périodes de gloire, des compétitions, mais on n’avait jamais bénéficié d’une attention aussi élevée de la part du gouvernement qui nous fait l’honneur de nous organiser tous les ans la Tropicale Amissa Bongo». Pour le Collectif, l’Etat perd beaucoup d’argent dans cette compétition «mais notre équipe nationale fait toujours piètre figure et cela ne nous arrange pas, nous les anciens. Parce qu’on sait qu’à un moment donné, nous avons eu des résultats, le cyclisme a bien fonctionné dans ce pays. Nous nous sommes donc réunis, non seulement pour condamner, mais aussi pour proposer une nouvelle approche du redressement de ce cyclisme», a déclaré l’ancien président de la ligue de l’Estuaire.

Les résultats sont au plus bas

Par ailleurs, le Collectif estime que le bureau actuel de la Fegacy  élu en décembre 2011 «s’est renouvelé dans les conditions extrastatutaires, c’est à dire en violation de toutes les dispositions statutaires qui organisent les élections». En effet, «Monsieur Embiga a été élu par un scrutin de liste le 14 janvier 2017 en assemblée générale, pour quatre ans». «Ledit mandat est arrivé à échéance depuis le 14 janvier 2021. A notre grand étonnement, nous constatons que le sieur Embinga a décidé d’outrepasser cette date butoir et se réclame toujours président en exercice de la Fégacy», dénonce le Collectif qui préconise la mise en place d’un Comité ad hoc (ministère, Comité nationale olympique et acteurs du cyclisme) pour la normalisation du cyclisme gabonais.

Ces anciennes gloires sont réunies autour de l’ancien président de la ligue de cyclisme de l’Estuaire, Jean Félix Rogandji, par ailleurs candidat déclaré à l’élection de la présidence de la fédération ont une expérience avérée dans cette discipline. Il s’agit notamment de Mathieu Ngougoulou, ancien vice-président de la Fegacy, ancien international ; Sylvain Makossot, commissaire national UCI (Union cyclisme internationale) et ancien international ; Mathias Bakpé, commissaire national UCI et directeur technique national (DTN) ; Yvon Biyoghé, commissaire national UCI ; Félix Mba, DTN adjoint ; Manguengui Johnson, mécanicien Fegacy.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire