mdas

 

Figure absolument remarquable sur les routes du Gabon lors de toutes les éditions de la Tropicale Amissa Bongo, Jean-Claude Hérault, ancien directeur général adjoint du Tour de France et fondateur avec d’autres de la célèbre course cycliste internationale du Gabon, s’est éteint des suites du Covid-19.

Jean-Claude Hérault : la Tropicale Amissa Bongo, épreuve dont il était l’un des principaux artisans, offre au Gabon une visibilité médiatique positive sans équivalent.© Kigalitoday

 

Le cyclisme gabonais et africain en deuil. Jean-Claude Hérault, victime du covid-19, est décédé ce jeudi 15 avril. Figure centrale du Tour de France dans les années 1980 et 1990, d’abord comme responsable marketing puis comme directeur adjoint, il est considéré comme l’un des hommes clés de l’énorme développement et succès de la célèbre épreuve cycliste française dans le monde.

Au Gabon, il était surtout connu comme directeur de la course sur la Tropicale Amissa Bongo. De nombreux caravaniers se souviennent de lui, en voiture précédant très souvent le peloton et s’assurant de la sécurité des épreuves. Ailleurs dans le monde certains estiment qu’il a été, en réalité, l’un des pionniers du développement économique et commercial du cyclisme, à partir bien sûr du Tour de France, où il est resté à la direction jusqu’au milieu des années 2000, poursuivant son travail d’internationalisation de l’offre.

Après avoir quitté Amaury Sport Organisation (ASO), organisateur d’événements sportifs français gérant notamment du Tour de France, Jean-Claude Hérault est devenu l’un des précurseurs du cyclisme de bon standing en Afrique, se proposant comme organisateur de courses avec le Tour du Faso, toujours aux côtés de l’organisateur français. Il a ensuite fondé avec l’ancien pro Philippe Crépel la Tropicale Amissa ainsi que le Tour International de la Paix en Côte d’Ivoire. Plus récemment, il s’est également impliqué dans l’organisation du Tour du Rwanda, contribuant fortement au développement du cyclisme sur le continent qui devrait, grâce à lui, accueillir pour la première fois les Championnats du monde de cyclisme en 2025, au Rwanda.

Organisée au Gabon depuis 2006, la Tropicale Amissa Bongo qu’il a contribué à porter sur les fonts baptismaux, a lieu chaque année. Si la compétition ne s’est pas tenue cette année du fait de la pandémie du Coronavirus, elle n’est pas moins devenue, au fil du temps, un événement incontournable. La course gabonaise a un retentissement intercontinental et elle figure en bonne place dans le monde, ouvrant souvent le calendrier mondial de l’Union cycliste internationale (UCI). L’épreuve offre au Gabon une visibilité médiatique positive sans équivalent. Jean-Claude Hérault en était l’un des artisans majeurs. Il avait 78 ans.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Ernest dit :

    Il est allé rejoindre son ami Ali Bongo au séjour des morts. Un coucou de notre part aux deux tyrans : Ali et Omar.

  2. Milangmissi dit :

    Oh donc c’est lui qui avait vu amissa bongo faire du cyclisme?

    “Un bon escroc est un farceur ironique qui se joue de la distraction, de l’impertinence, de la naïveté ou de la nervosité de ses contemporains.”Henri Jeanson

  3. Yvette Ndong dit :

    Les français qui font des AFFAIRES avec les Bongo sont complices aussi des crimes de ces mêmes Bongo. Et puis d’ailleurs, ce sont EUX qui les ont installés au pouvoir depuis 1967.

  4. Jean .jacques dit :

    Yvette et toi qui est la maitresse de ping et ses faux amis declarant opposants?

Poster un commentaire