mdas

Le Pr. Mengue m’Engouang, ancien Doyen de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de l’Université Omar-Bongo (UOB) de Libreville, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Libreville, des suites d’une affection médicale.

© D.R.

 

Un profond chagrin traverse en ce moment le monde universitaire et de la recherche scientifique, notamment l’UOB où l’intéressé a formé pendant près de quarante ans des générations de juristes : Fidèle Mengue m’Engouang a rendu l’âme à l’hôpital militaire de Libreville-Mélen ! De nombreux universitaires et d’anciens étudiants saluent la mémoire de l’homme.

Avec son cours principal, la Finance publique, le Professeur agrégé de Droit public faisait autorité dans cette discipline. Professeur associé de Droit public dans diverses universités du continent et du monde, il finit par devenir, dans les années 90, Doyen de la Faculté de Droit et des Sciences économiques (FDSE-UOB) de l’Université de Libreville. Cet intellectuel discret, rigoureux et affable, connu pour son combat pour la construction intellectuelle de ses étudiants, à la fois très critique et très exigeant, était aussi prolifique. Fidèle Mengue m’Engouang avait, à plusieurs reprises, refusé le poste de Recteur de l’Université Omar-Bongo, préférant se consacrer à la rédaction de manuels universitaires. Un de ses livres, Les Finances Publiques du Gabon, essai maîtrisé et argumenté, publié chez L’Harmattan, est et demeure une référence universitaire et un succès de librairie.

Hormis ses nombreux articles et communications scientifiques relatifs au droit international public, droit administratif, droit constitutionnel, droits de l’Homme, droit fiscal, droit public économique, science politique et pédagogie universitaire, il est également le coauteur de l’Encyclopédie juridique de l’Afrique et d’ouvrages collectifs portant sur l’enseignement supérieur en Afrique, le droit public économique et les droits de l’Homme.

Sur la demande insistante de Raymond Ndong Sima, fraîchement nommé Premier ministre quelques jours auparavant, le Pr. Mengué m’Engouang accepta d’entrer au gouvernement et d’assumer ainsi des responsabilités d’Etat. D’abord comme ministre des Petites et Moyennes entreprises et de l’Artisanat en février 2012 où il succéda à Jean-Félix Mouloungui, puis comme ministre de la Santé en janvier 2014.

Cette expérience gouvernementale de près de trois ans ne fut pas, pour ce technocrate, un long fleuve tranquille. Bien que bosseur, ayant une connaissance intime de l’environnement juridique de l’entreprise et des finances publiques, Fidèle Mengue m’Engouang, « ce remarquable juriste, chercheur en Droit public, cet homme engagé mais jamais partisan », n’a pas connu que des réussites. Bien qu’il ait eu des rapports tout à fait humains avec nombre de ses collègues, il ne sut pas tempérer « l’aspect abrupt de certaines de ses prises de position », malgré sa forme élevée de sagesse. En octobre 2014, il sort du gouvernement et regagne les amphithéâtres qu’il n’avait du reste jamais quitté. Il reprend également ses activités universitaires sur le plan international. Il était en effet redevenu le Coordonnateur du réseau  »Droits Fondamentaux » de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et membre de l’Institut international de Droits d’expression et d’inspiration françaises (IDEF).

Fidèle Mengue m’Engouang de tirer sa révérence ce jeudi 5 novembre 2020. Natif de Minvoul dans le Haut Ntem (une terre fertile en professeurs agrégés : Albert Ondo Ossa, Alexis Mengue m’Oyé, etc.), il avait 72 ans.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Oui, c’était un GRAND HOMME. Condoléances à toute la famille. Nous perdons toujours les meilleurs. C’est bien triste. A Ntare Nzame !!! Reposez en PAIX Professeur.

  2. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Paix à son âme. Amen.

Poster un commentaire