TATIE

 

Pour des commandes publiques non livrées, plusieurs entreprises ne percevront rien ou presque des sommes réclamées à l’État. La task force créée à la présidence de la République en juin dernier a décidé d’annuler pour environ 100 milliards de francs CFA de réclamations.

Le siège du Trésor public à Libreville. © D.R.

 

Créée par arrêté N°006/PR du 20 juin 2020, la task force pour le règlement de la dette intérieure n’a pas chômé ces deux derniers mois. Elle vient de boucler une première partie de son travail visant, entre autres, à «passer en revue le fichier de la dette intérieure et de s’assurer de sa réalité». Selon des sources proches de la présidence de la République, à ce jour, la structure a décidé d’annuler pour environ 100 milliards de FCFA de dette attribuée par certaines entreprises à l’État.

La raison de cette décision qui ne manquera pas de faire des mécontents réside dans le rapport élaboré par les membres de la task force qui est composée d’experts comptables, de techniciens de la Direction générale de la dette (DGD) et du Trésor public, des magistrats du parquet de Libreville et de l’agent judiciaire de l’État. Un rapport qui montrerait que plusieurs entreprises réclamant de l’argent à l’État gabonais n’ont pas ou mal exécuté les commandes faites par le gouvernement dans divers domaines. Ces derniers jours, la task force aurait en effet procédé à des vérifications de pièces administratives et comptables avant des enquêtes inopinées sur le terrain dans les prochaines semaines.

Dans le cadre de «la gestion active et efficiente du portefeuille de la dette», le palais présidentiel avait en effet invité, vendredi 4 septembre, toutes les entreprises dont le montant de créances réclamées est inférieur ou égal à 100 millions de FCFA à se présenter du 8 au 12 septembre 2020 dans ses locaux sis au 4e étage de l’immeuble Diamant 2 «pour une importante communication». L’objet de cette convocation était sans nul doute l’officialisation de cette «mauvaise nouvelle» pour certaines entreprises.

En juillet dernier, le gouvernement a réglé pour 4,887 milliards de francs de dette vis-à-vis des PME locales, soit 46 % de la dette intérieure globale. Il s’agissait des petites créances inférieures à la somme de 100 millions de francs.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Jean jacques dit :

    Dans tout ca qui parle ka verite le gvnmt ou les entreprises? Si elles n’ont rien fourni elles demandent le paiement pourquoi?

  2. Gonossa Dadié dit :

    Les entreprises des dettes inférieures à 100 millions ont été payé en juillet, puis reconvoqué en septembre pour être informés qu’ils ne seront pas payées??? Il y a un non sens !!!!!

  3. moundounga dit :

    Bjr. la norme au pays c’est la valeur relative. Amen.

  4. Mbeda Mboma dit :

    c est une bonne idee cette task forces

    il faut la renommer en CIA GABON et y inclure des policier, des scientifiques… et les envoyer aussi dans le contrôle de la gestion des structures parapublique.

Poster un commentaire