HABANA

 

Ayant reçu ce mercredi 9 juin plusieurs acteurs politiques, y compris de l’opposition à l’instar de Jean Eyeghe Ndong avec lequel il a échangé à part, le président de la République a assuré qu’il est prêt à accueillir tous ceux «qui souhaitent apporter leur pierre à la construction d’un Gabon meilleur».

Ali Bongo, ce mercredi 9 juin 2021, avec des leaders politiques. © Com. présidentielle

 

S’achemine-t-on vers un nouveau dialogue politique au Gabon à la suite de celui d’Angondjé organisé après la présidentielle de 2016 pour mettre fin à la crise postélectorale ? Si le format de 2017 ne sera certainement pas réitéré, il n’en demeure pas moins qu’Ali Bongo a relancé depuis quelque temps les discussions avec des acteurs politiques, parvenant même à obtenir l’absorption par le Parti démocratique gabonais (PDG) des partis de l’opposition (Démocratie nouvelle) et de la majorité (les Sociaux-démocrates gabonais et le Rassemblement pour la restauration des valeurs).

Ce mercredi, le président de la République a réitéré sa volonté de poursuivre le dialogue avec tous les bords politiques. Aussi, a-t-il reçu en audience au Palais du bord de mer des responsables des partis de l’opposition et de la majorité. Il a également reçu à part Jean Eyeghe Ndong, soutien de Jean Ping. Pour le chef de l’État, ces rencontres visent à poser les bases d’«un dialogue franc et constructif».

«Je le répète, je suis prêt à accueillir toutes celles et tous ceux, d’où qu’ils viennent, qui souhaitent apporter leur pierre à la construction d’un Gabon meilleur. La politique, c’est créer de l’union, non de la division. Ensemble, on est plus forts !» a-t-il posté sur sa page Facebook.

 
GR
 

8 Commentaires

  1. Teddy dit :

    Qu’il aille se faire foutre. Nourredine ne sera pas président du Gabon avec vos ridicules mains tendues. Laissez le Gabon respirer un peu sans vous. C’est le plus beau geste que vous pourrez faire pour le peuple gabonais. Vous n’avez rien fait en plus de 50 ans de pouvoir usurpé. Ça ne changera en rien avec la main tendue d’un assassin et voleur. Non mais, arrêtez cette moquerie svp.

  2. Jean .jacques dit :

    Laisse aussi le pauvre Nourende ta haine va te tuer.

  3. Didier dit :

    Donc, ils sont arrivés à vous convaincre que c’est Ali Bongo cet homme ? Pauvres gabonais.

  4. Yvonne dit :

    Jusqu’à quand allez-vous vous laisser humilier à ce point, peuple gabonais ? Cet homme n’est pas Ali Bongo. Et arrêtez donc avec cette famille de voleurs et d’assassins svp.

  5. Gayo dit :

    Maintenant on sait pourquoi Eyeghe Ndong avait demandé aux gabonais de ne pas aller élire des députés pour l’opposition. Il était déjà en deal avec Ali Bongo. Il va envore bien vous humilier, vous la mettre bien profonde. JEN les Bongoistes radicaux te prendront la vie sans mot d’ordre d’Ali Bongo. Si il avait le souci de l’unité des gabonais il devait partir. En effet aujourd’hui une continuité du règne injuste des Bongo est ce qui continuera à nous diviser et nous plonger dans la léthargie car on ne se reconnaitra jamais dans ce regime et cette famille qui nous a fait tant de mal. Un pouvoir qui a perdu toute crédibilité, toute respectabilité et toute légitimité ne peut attirer autour de lui que des bandits et non les vrais patriotes dont le Gabon a besoin voir unis par la seule cause du Gabon.

  6. Serge Makaya dit :

    Patiente @Gayo, c’est peut-être une stratégie de l’homme politique. Je sais que beaucoup de mes frères fang sont des traîtres. Mais pas tous… il y en a qui savent jouer aussi avec leur intelligence pour piéger le diable extrêmement rusé.

  7. Serge Makaya dit :

    L’argent rend aveugle au point de ne pas reconnaître le vrai du faux et le faux du vrai. Je persiste et signe que Ali Bongo est bien mort. Ce qui se passe actuellement est un stratège pour imposer en 2023 un nouveau Bongo (Valentin ou Sassou). CQFD. Et tous les gabonais qui se font ainsi baiser par ces suppôts de SATAN ne sont et ne seront jamais dignes d’occuper un poste (même minime) dans un quelconque ministère. Pitié. A Ntare Nzame !!

  8. Gaston dit :

    Cette main est la main d’une personne qui a tuée, qui a volée, qui a usurpée, qui a mentie. Cette main invité à dialogue ? Qui oserait la prendre ? Si ce n’est que des personnes qui sont comme elle ?

    N’oublions jamais que Ali Bongo et don père adoptif Omar Bongo, y compris Sylvia Valentin et Nourredine Valentin, Sassou Nguessou et autres Bongo et Valentin et Sassou ont des mains véritablement sales. Il nous faut mettre FIN avec ces régimes. Comment osez vous encore accepter une main tendue de ces gens ? Non, mes frères et soeurs gabonais, les Bongo sont le MAL INCARNÉ au Gabon. Il faut plutôt qu’on s’en débarrasse pour TOUJOURS.

Poster un commentaire