mdas

 

Dans le cadre de la commémoration de la Journée des Droits de l’enfant, un forum des enfants s’est tenu à Libreville. Premier du genre, il a permis aux enfants de passer en revue les progrès et les défis dans la réalisation de leurs droits dans divers domaines, et d’exprimer leurs préoccupations. Un mémorandum issu de ces travaux a été remis au ministre de la Justice pour une meilleure prise en compte des préoccupations des enfants.

Photo de famille avec le ministre de la Justice à l’issue du forum. © D.R.

 

Commémorée chaque le 20 novembre, la Journée internationale des droits de l’enfant a donné lieu au Gabon, à l’organisation d’un forum des enfants. Ouvert le 20 novembre, ce forum a permis la production d’un mémorandum remis le 24 novembre au ministre de la Justice, Garde des Sceaux, chargé des Droits de l’Homme. Le document remis à Erlyne Antonela Ndembet épse Damas, contient des propositions issues de ce forum et destinées au gouvernement pour une meilleure prise en compte des préoccupations des enfants.

Remettre à l’endroit les droits des enfants

«Il ne s’agit pas pour nous ici d’abandonner notre rôle d’éducateur ou d’envisager un monde où les enfants auraient le droit de faire ce qu’ils veulent», a déclaré la Garde des Sceaux lors de son discours de clôture. «Il s’agit de les écouter, de leur donner la parole et de nous assurer que ce que nous décidons pour eux permettra réellement d’assurer leur bien-être et leur avenir», a-t-elle poursuivi. Dans son discours d’ouverture, elle avait indiqué que «le gouvernement donnera à l’enfant la possibilité d’être entendu dans toute procédure judiciaire ou administrative l’intéressant, soit directement soit par l’intermédiaire d’un organisme approprié, de façon compatible avec les règles de procédures de la législation nationale».

Quelques jeunes ayant participé au forum. © D.R.

A en croire son propos, il s’agit de construire un pays dans lequel les enfants jouissent de leurs droits et ont les moyens de développer pleinement leur potentiel. Une idée appréciée par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) qui a co-organisé ce premier forum avec le ministère de la Justice. «Le vœu le plus cher de l’Unicef, notre souhait et notre combat, est de savoir que les enfants sont heureux, en parfaite santé physique et mentale», a déclaré le représentant résident de l’Unicef. Pour Noel Marie Zagré, ces enfants devraient être épanouis, avec une alimentation équilibrée, jouir d’une éducation et d’une protection qui leur garantissent «toutes les compétences, connaissances et attitudes permettant leur développement optimal, dans un environnement familial et social sain».

Le succès du 1412

Cette commémoration a coïncidé avec le 75e anniversaire de l’Unicef et le 1er anniversaire du centre d’appel gratuit (1412) pour une assistance aux enfants victimes des violences, abus et exploitation. Un an après la mise en service du numéro vert 1412, le ministère de la Justice assure que «les résultats sont palpables». Au minimum 8400 appels ont été reçus et plus de 600 cas de violences référés aux services de protection des mineurs de la police ou directement au tribunal des enfants. «Le plus surprenant est la connaissance du 1412 par les populations de l’intérieur du pays», se réjouit le ministère de la Justice. Au moins 12 villes ont été identifiées par les opérateurs du numéro vert comme lieu d’appel des enfants.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire