TATIE

Pour lui permettre de combattre efficacement contre le coronavirus qui nécessite déjà d’importants moyens financiers, la France pourrait annuler ou rééchelonner la dette du Gabon comme celle de plusieurs autres pays du continent. Le sujet sera en débat cette semaine au sein du G20.

Emmanuel Macron, lors de son allocution, le 13 avril 2020. © Capture d’écran/BFMTV

 

Interpellée quelques semaines plus tôt sur le sujet par plusieurs dirigeants africains et même par le Pape François 1er à l’occasion de la célébration de la messe de Pâques, la France s’apprête à annuler la dette de certains pays africains, sinon à la rééchelonner ou à l’alléger selon les cas. C’est, en tout cas, le souhait exprimé par Emmanuel Macron, lundi 13 avril, au cours son allocution.

Le président français invite en effet son pays et l’Europe à aider l’Afrique dans sa lutte contre le Covid-19, en «annulant massivement sa dette». D’autant plus que cette lutte, rappelle-t-il, nécessite l’engagement d’importantes sommes d’argent.

Si le sujet sera en débat cette semaine au sein du G20, il avait déjà été abordé le 25 mars dernier par le FMI et la Banque mondiale. Les deux institutions financières n’avaient toutefois pas appelé à l’effacement de la dette africaine vis-à-vis des créanciers, mais plutôt au gel du remboursement de la dette des pays pauvres qui bénéficient déjà de l’aide de la Banque mondiale, sous forme de prêts à taux zéro ou à très faible taux d’intérêt ainsi que des dons, rappelle le site de RFI.

Du côté de l’Union africaine, l’on opte plutôt pour un gel de deux ans du paiement de la dette des pays du continent.

L’annulation proposée par Emmanuel Macron concerne la dette publique africaine évaluée aujourd’hui à 365 milliards de dollars vis-à-vis de certains pays du G20, à l’instar de la France et de la Chine.

 
GR
 

6 Commentaires

  1. Stéphane SANDJO dit :

    Effacement de la dette et nouveaux prêts

    Effacement de la dette parce que cela coûte en intérêts et les pays en voie de développement sous Francs CFA CFO ne peuvent pas ne pas être à même enseigne que les pays européens couverts par la Banque Centrale Européenne – BCE.
    En effet, il y a une grande hypocrisie des Etats Européens que le Président E. MACRON a compris et souhaite lever. Ainsi, toutes les banques européennes sont sous « tutelle » de la BCE, suite aux Quantitative Easing et rachats de dettes 2008+, les banques ont peu de réelles marges de manœuvres. La BCE est la banque de chaque européen, ainsi c’est comme si cette banque qui vous appartiendrait vous fait un prêt à vous même et que vous décidiez quelques années d’annuler votre prêt. Cette pandémie mondiale permet à tous les Etats qui battent monnaie de faire tourner de nouveau la planche à billet EURO.
    Le Gabon est lié par le Franc CFA à l’EURO. Il doit bénéficier des mêmes « privilèges » étant impacté par la réduction des flux logistiques mondiaux, la baisse des prix des matières premières (pétrole..) et le coût de sa dette. La planche à billet doit fonctionner pour les pays Africains notamment ceux exemplaires comme le Gabon, avec le support et le conseil du FMI. Le Gabon doit garder sa stabilité sociale et être accompagné dans ses efforts pour protéger les plus pauvres et les plus faibles ; conserver le tissu économique et redémarrer pour conforter sa position en Afrique Centrale.
    Une annulation de toute la dette du Gabon, se serait enlever le risque d’une épée de Damoclès au dessus de la tête de chaque Gabonais d’aujourd’hui et de demain. Avec un effet immédiat sur les notations et les investissements.

    Un nouveau prêt sur 10 années minimum de 1 milliard d’EURO serait un signe fort pour assurer la relance économique par des projets de construction dans l’immobilier, de routes, de rails, l’exploitation du gaz non pas en LNG mais par des petites centrales pour fournir de l’électricité quasi gratuite au entreprises gabonaises créatrices d’emplois,et aussi développer les exportations de produits transformés et les services, créatrices d’indépendances et d’emplois cadres.

    La mondialisation nous impacte tous, où que nous soyons. La pandémie en est le révélateur.

    • Serge Makaya dit :

      Excusez-moi de me mêler d’un domaine où je suis totalement ignorant. Mais la dette du Gabon, n’est elle pas causée aussi par la malgouvernance ? Si on n’avait jamais eu ces Bongo à la tête du Gabon, est-ce que nous en serions la avec cette dette ?

  2. Manono dit :

    Bien fait le FMI et bravo, le Gabon ne fait pas parti des 25 pays africains qui ont vu leurs dettes allégées. Si tel était le cas pour le Gabon, ils allaient encore détourner les fonds de l’état, comme d’habitude.
    Le Gabon a des moyens, le gouvernement pouvait faire mieux, mais hélas les fonds de l’état prennent toujours et toujours une autre direction. C’est bien que le FMI s’en est rendu compte.

  3. Ikobey dit :

    Bravo Sandjo, belle et juste démonstration !

  4. ULIS dit :

    LES BONGO QUI VIVENT SAVENT LA SITUATION DU GABON.
    JEAN PING SAIT QUE BOA (je vous JURE qu’il le sait) EST MORT.
    LE GABON EST GÉRÉ PAR LA FRANCE… VIA LE MAROC…
    J’AI JUSTE RÉSUME LA SITUATION RÉELLE DU GABON…
    ESPÉRONS QUE GABONREVIEW.COM FASSE PASSER CE POST…

  5. Ikobey dit :

    @ULIS veux-tu nous faire croire qu’il aurait ressuscité 🙂

Poster un commentaire