HABANA

 

Dans le 2ème siège de l’Ogoulou, des rixes ont récemment eu lieu entre les populations d’Etéké d’Ekembélé et les forces de défense et de sécurité, chargées de sécuriser les sites d’exploitation de l’or. Certaines victimes ont été conduites à l’hôpital de Bongolo pour des soins.

Dans l’Ogoulou, des militaires ont tabassé et dépossédé des orpailleurs de leur or. © D.R.

 

Le 6 septembre dans le deuxième siège du département de l’Ogoulou à Mimongo, dans la province de la Ngounié, des militaires déployés à Etéké pour protéger les zones d’exploitation de l’or s’en sont pris aux villageois de Yeno et Ekembélé. «Partis nuitamment de leur quartier général (QG) du district d’Etéké, ils se sont rendus vers 5 heures du matin à Yeno, où ils ont bastonné plusieurs opérateurs économiques et auraient emporté un montant de 2 millions de francs CFA», rapporte le site Top infos Gabon.

Ces militaires, relate le journal, armés de kalachnikov, ils ont encerclé les commerces à l’intérieur desquels se trouvaient encore les propriétaires endormis pour la plupart. «A 6h, ils ont lancé l’opération, en sommant tous les occupants encore endormis d’ouvrir leurs commerces», souligne le journal selon qui, ces opérateurs économiques ont été bastonnés et dépossédés de leur argent. Orpailleurs indélicats ou opérateurs économiques légaux ? Le site ne précise pas mais rapporte quelques témoignages des victimes. «Ils nous ont torturé en nous demandant de sortir tout l’argent de l’or qu’on avait caché. Ils ont emporté plus d’1 million de francs. Ils ont aussi pris tous les paquets de cigarettes».

Le parti au pouvoir parle d’une situation regrettable

Alain Simplice Boungoueres lors de son audience avec Emmanuel Biye. © PDG

Ces militaires qui ont assiégé le carrefour du village, auraient ensuite interdit le passage aux populations qui souhaitaient se rendre à Mouila, avant de se rendre au village Ekembélé où d’autres ont subi le même sort. Blessés, certains villageois ont été conduits à l’hôpital de Bongolo pour recevoir des soins. Informé, le député Alain Simplice Boungoueres, élu du 2ème siège du département de l’Ogoulou au compte du Parti démocratique gabonais (PDG), s’est entretenu avec les responsables du contingent.

Si le site Top infos indique que l’idée était pour le parlementaire de demander aux militaires de cesser les violences pour un meilleur vivre-ensemble entre les populations et les hommes en tenue, le 15 septembre, ce membre du Comité permanent du bureau politique du PDG s’est entretenu avec le secrétaire national chargé de l’animation politique de la province de la Ngounié à ce sujet. Le parti au pouvoir parle d’«une situation regrettable qui mérite d’être examinée pour que plus jamais ça ne se reproduise».

 
GR
 

2 Commentaires

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Les journalistes étrangers ou pas molestés, le raid de tchï, le contingent de gabao en RCA boudé, et maintenant Etéké aux abois du fait des militaires vous croyez que c’est un hasard… Amen.

  2. diogene dit :

    Des militaires corrompus et cupides dépouillent des trafiquants d’or qui déversent du mercure dans nos rivières et des abatteurs d’éléphants !

    C’est l’image du Gabongo en miniature !

Poster un commentaire