GR

Après une longue garde à vue de sept jours dans les locaux de la police de Dakar, les 13 étudiants gabonais interpellés pour non-respect du couvre-feu, ont recouvré la liberté le 26 mai, relâchés par le procureur après rappel à la loi. L’information est confirmée par le ministre gabonais des Affaires étrangères, ce 27 mai.

Image à titre strictement illustrative. © Gabonreview/Shutterstock

 

Interpellés dans la nuit du 20 mai par les forces de l’ordre sénégalaises, les 13 étudiants gabonais interpellés à Dakar ont tous été libérés le 26 mai. Ce que confirme le ministre des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-By-Nze, à travers un communiqué sur Facebook.

Selon le chef de la diplomatie gabonaise, «les 13 étudiants et présentés devant la justice pour des faits présumés de violation du couvre-feu, rébellion simple et outrage à agents, ont été libérés ce mardi 26 mai 2020 par le procureur après rappel à la loi».

S’il s’est réjoui de l’issue heureuse de l’affaire, le ministre des Affaires étrangères a tout de même «appelé nos jeunes compatriotes à plus de responsabilité et au respect des lois et règlements en vigueur dans les pays d’accueil comme dans leur propre pays». De même, «l’assistance consulaire apportée par les services de l’ambassade ne donne aucun droit d’ingérence ni d’interférence dans les procédures judiciaires d’un Etat souverain et ami», souligne Alain-Claude de Bilie By-Nze félicitant l’ambassadeur du Gabon au Sénégal et ses équipes pour leur soutien apporté aux étudiants.

Les 13 étudiants interpellés sont constitués en majorité de fils de «pontes» (membres du gouvernement, magistrats et autres barons et fortunes réputées) du Gabon.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire