TATIE

Créé au sein de la direction de l’Entrepreneuriat et de l’Accompagnement des entreprises à l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI-Gabon), le Bureau de développement des exportations (BDex) est un outil stratégique pour les petites et moyennes entreprises gabonaises exportatrices et à potentiel export. Ce service est pourtant méconnu des PME, dont certaines l’ont découvert jeudi dernier à la faveur d’un atelier de sensibilisation à Libreville.

Les patrons de PME sensibilisés au dispositif du BDex, le 20 février 2020, à Libreville. © ANPI-Gabon

 

© ANPI-Gabon

L’État dispose désormais d’un service exclusivement dédié au soutien des PME gabonaises exportatrices ou potentiellement exportatrices. Seulement, depuis sa création, celui-ci est encore peu, voire pas connu de toutes les entreprises qui constituent sa principale cible. Cette faible visibilité a conduit à l’organisation, jeudi 20 février à Libreville, d’un atelier de sensibilisation sur le dispositif d’accompagnement à l’export mis en place au sein du Bureau de développement des exportations (BDex).

L’objectif de cet atelier auquel ont pris part une cinquantaine de PME gabonaises, était de «vulgariser et d’informer les entreprises exportatrices et à potentiel export sur ce dispositif d’accompagnement» existant au sein de l’ANPI-Gabon, dont la vocation est de «promouvoir la culture à l’exportation, de développer et d’accompagner les entreprises gabonaises à l’exportation».

Directeur de l’Entrepreneuriat et de l’Accompagnement des entreprises à l’ANPI-Gabon, Moustapha Boussougou explique que la création du BDex reposait sur deux principaux manquements observés : l’absence d’un dispositif intégrant un portefeuille de service dédié à l’exportation au Gabon et le faible nombre des PME gabonaises qui exportent.

Selon Maik Boumi, le service dont il a la charge jouera un rôle «d’accompagnement sur les marchés étrangers, d’information sur les opportunités des marchés extérieurs, d’évaluation du potentiel de l’entreprise à l’export, de formation à l’exportation». Il s’agira également d’assurer les missions de «conseils et suivi administratif», ajoute le Chef du BDex.

Pour lui permettre de parvenir à ses fins, l’ANPI-Gabon informe que «le dispositif du BDex regroupe en son sein tous les acteurs qui ont un lien direct ou indirect dans la chaîne de valeur à l’exportation des biens et services gabonais tels que l’Aganor, l’Agasa, la direction générale du Commerce, l’Oprag et la Douane». Dans son plan de développement, précise l’ANPI-Gabon, le BDex intégrera des partenaires privés tels que les banques, les transitaires et commissaires agrées en douanes et les assurances.

 

Tags: , ,

GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire