mdas


Concourant parmi les 17 cinéastes africains retenus pour la catégorie « Séries télé » à la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), la Gabonaise Samantha Biffot a tiré son épingle du jeu. Avec la série « Mami Wata : le mystère d’Yveza », elle a obtenu le 2e prix des meilleures séries.

Samantha Biffot a obtenu le prix d’argent ©  D.R.

 

Le 22 octobre, la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) qui a décerné 17 prix spéciaux à des cinéastes, a dévoilé les lauréats des catégories « Films d’animation » et « Séries télé ». Dans cette catégorie (Séries TV) où concouraient deux Gabonais, Fernand Lepoko avec « Hôtel Coco » et Samantha Biffot avec « Mami Wata : Le mystère d’Iveza », sur une sélection de 17 séries, Samantha Biffot a tiré son épingle du jeu.

La cinéaste gabonaise a remporté le 2e prix de la meilleure série. Soit, un trophée d’argent, après la sénégalaise Fatoumata Kane qui a obtenu le 1er prix avec la série « Walabok, comment va la jeunesse ? ». Un honneur pour la Gabonaise qui consolide sa présence sur le palier des prix du Fespaco puisqu’en 2013, avec la série « L’œil de la cité », elle avait remporté le premier prix.

Mami Wata : Le mystère d’Iveza

Mami Wata. © Capture d’écran/Gabonreview

Comptant 8 épisodes de 52 minutes, « Mami Wata : Les mystères d’Iveza » sera diffusée sur Canal + dès le 15 novembre 2021. La série est pour ainsi dire une création originale Canal + Afrique. Elle raconte l’histoire de Pao, un adolescent de 15 ans porté disparu à Agouwé, une ville reculée du Gabon. Là-bas, 5 corps non identifiés sont retrouvés flottants dans une mangrove. Sa grande sœur, Olwina, revient dans cette ville qu’elle avait fui depuis longtemps pour retrouver son frère. Journaliste, elle enquête dans cette région lagunaire où Mami Wata, une sirène considérée comme la reine des eaux, hante les esprits.

La scénariste a voulu ressortir la fabuleuse histoire de Mami Wata du Gabon, voire du continent africain. Pour elle, l’idée est de reconnecter la nouvelle génération avec les cultures ancestrales à travers la figure de Mami Wata. Au départ, a fait savoir Samantha Biffot, “Mami Wata » était un projet de film long métrage. «C’est Canal + qui l’avait lu, qui était intéressé et qui nous avait dit on adorerait faire une série». Après 2 ans de relance, le long métrage est passé en série avec des réajustements qui se sont imposés. «Je savais tout de suite que je voulais faire une série d’ambiance, une série d’atmosphère», confie Samantha Biffot.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Méderic sow dit :

    Elle a gagné le premier prix en 2013 !

Poster un commentaire