mdas

 

Jacques Ekomie vient de signer son premier contrat professionnel avec les Girondins de Bordeaux (D2 française). Le latéral gauche de 18 ans s’est lié au club jusqu’en juin 2025.

Jacques Ekomie a signé son premier contrat professionnel avec les Girondins de Bordeaux. © D.R.

 

Arrivé à Bordeaux (D2 française) en janvier 2021, en tant que stagiaire pro, Jacques Ekomie change de statut. Le latéral gauche de 18 ans, qui fait partie de cette nouvelle génération de jeunes joueurs intégrés au groupe professionnel depuis le début de la saison, vient de signer son premier contrat professionnel avec le club jusqu’en juin 2025.

«Je suis très heureux et fier de signer ce premier contrat professionnel dans ce club mythique des Girondins de Bordeaux. Je suis prêt à travailler et je suis enthousiaste pour la suite. Maintenant, il faut tout donner, et garder cette image qu’on a pu avoir lors de la préparation, c’est à dire être déterminés et porter l’écusson fièrement et avec volonté», a déclaré le fils de Jean-Jacques Ekomie, le 3 août, sur le site officiel des Marines et Blancs.

Né à Libreville, le jeune latéral gauche de 18 ans a franchi toutes les étapes depuis son arrivée au club. Repéré au club du SA Mérignac, il a intégré l’équipe des U19 nationaux ainsi que l’équipe réserve en National 3 (championnat français de 5e division). En une saison, son ascension est fulgurante, si bien qu’il évolue beaucoup plus souvent avec l’équipe réserve. Sa première apparition avec les pros date de janvier dernier et lors du fameux match de Coupe de France à Brest (D1 française).

Il était rentré en jeu à la place de Johab Pascal à 27 minutes de la fin. Le week-end suivant il était sur le banc en Ligue 1 face à Marseille. Avec cette descente en Ligue 2 et les départs des deux joueurs au même poste, le jeune gabonais avait donc une chance à saisir et c’est chose faite. «Nous souhaitons à Jacques de s’épanouir, progresser et réaliser une très belle saison avec les Girondins», a conclu le club.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire