mdas

 

The Guardian a accusé le président de la Ligue de football de l’Estuaire, dans un article publié le 6 janvier, de faire partie du réseau de pédocriminels dans la sphère gabonaise du ballon rond. Selon le quotidien britannique, Cédric Mombo aurait, depuis des années, demandé des faveurs sexuelles à des jeunes en échange d’une place en sélection.

Selon The Guardian, Cédric Mombo demandait des faveurs sexuelles à des jeunes en échange d’une place en sélection. © Montage Gabonreview

 

Comme l’avait promis le journaliste Romain Molina, The Guardian vient de livrer de nouvelles révélations concernant la pédophilie dans le milieu footballistique au Gabon. Le 6 janvier, le quotidien britannique a indexé le président de la Ligue de football de l’Estuaire, le soupçonnant de faire partie du désormais célèbre réseau de pédocriminels. Réélu président de la ligue en juin 2021, Cédric Mombo est accusé d’avoir abusé sexuellement de jeunes joueurs et d’avoir exigé des relations sexuelles comme condition pour intégrer les équipes nationales.

Une victime présumée a déclaré avoir été maltraitée par Cédric Mombo et Patrick Assoumou Eyi, connu sous le nom de ‘’Capello’’, en 2014 à l’hôtel Heliconia de Libreville lors d’un camp d’entraînement. «Capello et Mombo ont travaillé ensemble là-dessus. Mombo est venu avec nous lors des déplacements, dans le même avion. Il est venu nous voir, nous a dit qu’il pouvait nous aider. Je me souviens après un match à domicile qu’il m’a dit : ‘’Si tu veux jouer, tu devras me donner ce que je veux. Je peux faire ta carrière, même avec l’équipe nationale senior’’», a confié la victime à The Guardian.

«Je venais d’une famille pauvre, j’y pensais. Je suis honteux mais c’était ma seule façon d’aider ma famille, vous savez, alors j’ai accepté sa première offre. J’ai été sélectionné la fois suivante mais je me sentais tellement mal. Physiquement, émotionnellement, ils m’ont ruiné. Quand j’ai refusé d’aller plus loin, je n’ai plus été sélectionné avec l’équipe nationale», a ajouté la victime présumée. Un autre ancien joueur qui a affirmé avoir été maltraité par les deux pédocriminels lorsqu’il représentait les moins de 17 ans du Gabon en 2017, a déclaré que Cédric Mombo avait tenté de lui proposer des promesses d’une place dans la formation de départ.

Je veux ton c…

«En équipe nationale, Serge Mombo était un prédateur», a-t-il déclaré. «Il nous a fait des propositions sexuelles en échange d’une place dans l’équipe à l’avenir. Ils nous ont choisis, ils nous ont donné des avantages : de l’argent, des cadeaux et aussi le privilège de jouer pour notre pays. Quand vous commencez à aimer ça, à rêver, ils ont demandé du sexe. En gros, il m’a dit : ‘’Si tu veux rester avec nous, il faudra que tu me donnes quelque chose’’. J’ai demandé quoi et il a répondu : « Ton cul ». Il m’a même proposé de l’argent si je le voulais… Je suis une victime des deux», a raconté la présumée victime.

Ancien policier, Cédric Mombo a nié ces allégations. Il a également démenti les allégations selon lesquelles il aurait fourni à Capello des garçons à des fins d’abus sexuels. Selon le président de la Ligue de football de l’Estuaire, qui devrait normalement être responsable de l’équipement des Panthères du Gabon à Can 2021 au Cameroun, ses accusateurs «mentaient pour essayer de salir mon image». En complément de l’article de The Gardian, le journaliste Romain Molina a accusé Pierre-Alain Mounguengui, le président de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) de couvrir ces actes de pédophilie, notamment ceux de Capello. De nouvelles révélations qui devraient certainement déboucher sur l’élargissement de l’enquête ouverte.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Comment font les gens pour savoir qu’un jour il seront découvert et que donc il devrait s’interdire pareil acte. face à leurs enfants, épouses, parents et alliés comment font ils bon sang ! en tout cas vraiment pour dissuader les prochains il faut des sanctions très très sévères. Amen.

Poster un commentaire