TATIE

La Coalition internationale pour l’accès à la terre en Afrique (ILC Afrique), la Commission de l’Union africaine (CUA) et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) organisent du, 15 au 17 septembre 2020, un forum foncier africain pour débattre des droits fonciers sécurisés comme moyen efficace de lutte contre les effets du Covid-19 sur les économies du continent.

La terre, un moteur clé de la prospérité économique. © D.R.

 

Une bonne gouvernance foncière peut aider l’Afrique à combattre les effets du Covid-19, assurent la Coalition internationale pour l’accès à la terre en Afrique (ILC Afrique), la Commission de l’Union africaine (CUA) et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD). Pour étayer leurs arguments, ces organismes de développement proposent du 15 au 17 septembre, des discussions virtuelles autour de la réalisation de l’Agenda 2063 de l’Union africaine en promouvant une «gouvernance foncière centrée sur les personnes en Afrique».

Ce rendez-vous via le lien https://ifad.zoom.us/meeting/register/tJAud-yvqj4rHNLANQ6OTeknPOfT0Xa_2TAe, vise à évaluer la mise en œuvre des piliers de la gouvernance foncière de l’Agenda 2063 et tracer des voies innovantes pour sa pleine effectivité. Il se présente également comme une occasion de réfléchir et de mettre en évidence le rôle pertinent de la gouvernance foncière dans le renforcement de la résilience et la protection des africains contre les effets négatifs de pandémies similaires à l’avenir.

La terre est une ressource vitale. Elle est essentielle à l’agriculture, un secteur dont dépendent les moyens de subsistance de 70% des Africains. «Pour atteindre cet idéal de l’Afrique que nous voulons, nous devons aborder stratégiquement les questions brûlantes liées à la faible sécurité foncière, à l’invasion des criquets pèlerins qui détruisent sur leur passage les cultures dans la Corne de l’Afrique, à la situation sécuritaire à travers le continent, laquelle a aussi des effets sur la gouvernance du foncier. Les sécheresses et les inondations sont également des causes connexes qui contribuent à la destruction des cultures et des moyens de subsistance de millions de petits agriculteurs africains», déclare le coordonnateur régional de l’ILC pour l’Afrique, Audace Kubwimana. Ce dernier assure que ces préoccupations font écho à de nombreuses aspirations du plan directeur de l’Agenda 2063 pour la transformation de l’Afrique.

La terre, un moteur clé de la prospérité économique

Pour les organisateurs de ce forum sur le foncier africain, la bonne gouvernance foncière transcende les aspirations et les objectifs stratégiques du plan directeur de l’Agenda 2063. «Pour réduire les importations de denrées alimentaires et se prémunir contre l’escalade des prix des denrées alimentaires, la mise en œuvre de la déclaration de l’UA sur les problèmes et défis fonciers aux niveaux régional et national est impérative», assurent-ils. Si l’Afrique dispose des instruments pour garantir une gouvernance foncière sécurisés, pour relancer l’agriculture africaine, entre autres : le cadre et les directives sur les politiques foncières en Afrique, les directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale (DV), et les principes directeurs de l’UA sur les investissements à grande échelle en Afrique (ATGE) ; il reste que ces dispositifs pour faire de la terre un moteur clé de la prospérité économique doivent être renforcés, documentés et survis grâce à des approches multipartites et multidisciplinaire efficaces qui offrent la possibilité d’un apprentissage continu.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire