TATIE

Le Collectif des employés du secteur nuit a lancé un cri de détresse à Ali Bongo, le 23 novembre. Plongés dans un chômage insupportable huit mois après la fermeture de leur secteur activité du fait de la pandémie du Covid-19, ses membres ont imploré le chef de l’Etat d’intervenir de toute urgence en leur apportant de l’aide pouvant leur permettre de sortir de la précarité.

Les membres du Collectif des employés du secteur nuit lors de leur déclaration, le 23 novembre 2020. © Gabonreview

 

Huit mois après l’adoption par le gouvernement des mesures restrictives contre la Covid-19, les tenanciers des bars, pubs, snacks, nightbars et discothèques sont plongés dans une précarité indescriptible.

Réunis au sein du Collectif des employés du secteur nuit (CESN), ils ont lancé un cri de détresse à Ali Bongo, le 23 novembre, en vue d’une aide pouvant les sortir de la précarité. Ils interpellent également le Premier ministre Rose Christiane Ossoucka, le ministre de l’Industrie Hugues Mbadinga Madiya, ainsi que toute personne de bonne volonté pouvant leur apporter une aide de toute forme.

«Nous vous exprimons notre asphyxie qui grandit d’avantage chaque jour un peu plus, faisant de nous, des chômeurs poussés à la mendicité, livrés à l’oisiveté et à la précarité, voire à devenir des sans-abris faute de revenus permettant de pouvoir subvenir à nos charges», a lancé le porte-parole du collectif Landry Eboa.

La cessation de leurs activités par la décision gouvernementale a entrainé «la perte considérable d’emplois, l’expulsion des logements, les difficultés sanitaires et alimentaires voire des pertes vie humaines de trois de leurs membres», explique et déplore le porte-parole du CESN.  Au regard de la gravité de la situation, le CESN a invité le président de la République à intervenir de toute urgence en leur apportant une aide pouvant leur permettre de scolariser leurs enfants. Cette aide, ont-ils précisé, peut être financière, alimentaire ou de toute autre nature.

Crée il y a quelques temps, le Collectif des employés du secteur nuit compte «564 membres actifs exerçants dans différents secteurs d’activité de nuit tels que la discothèque, les clubs, snacks et bars», a affirmé le porte-parole.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Mezzah dit :

    « Les différents secteurs d’activité de nuit tels que la discothèque, les clubs, snacks et bars »:
    Toutes ces choses malsaines (toute cette bordelerie comme disait le regretté Jean Michel KANKAN) qui ont contribué à reléguer le Gabon au rang que nous connaissons aujourd’hui.
    Changez d’activité, il y a beaucoup à faire dans nos chers villages.

  2. Dan Ella dit :

    Bravo et courage a vous. Votre combat est et mérite des réactions positives a vous apporter une aide. Je suis convaincu que les autorités vous viendront en aide et les personnes de bonne foi.il y’en a encore dans ce beau pays le Gabon.force a vous

  3. Dan Ella dit :

    Vote combat est noble …félicitations au président de votre collectif et tous les membres de son bureau.force a vous

Poster un commentaire