TATIE

Par arrêt du ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, le Gabon interdit la chasse, la capture, la détention, la commercialisation, le transport et la consommation des pangolins et des chauves-souris, en vue de prémunir les populations gabonaises contre la transmission du Coronavirus par ces espèces.

Le Gabon interdit la chasse, la capture, la détention, la commercialisation, le transport et la consommation des pangolins et des chauves-souris, en vue de prémunir les populations gabonaises contre la transmission du Covid-19. © D.R.

 

Au regard de la propagation du virus du Covid-19 et en application du principe de précaution, le ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat, Lee White, a pris un arrêté, le 31 mars 2020, portant interdiction de la chasse, la capture, la détention, la commercialisation, le transport et la consommation de toutes les espèces de pangolins et de chauves-souris sur toute l’étendue du territoire national.

«Cette décision est conforme aux instructions du président de la République, Ali Bongo Ondimba, de prendre toutes les mesures nécessaires pour freiner la propagation du coronavirus au Gabon. Une décision similaire avait été prise par les autorités, lorsque notre pays a été touché par le virus Ebola : l’interdiction de consommer des primates», a déclaré le ministre Lee White.

Cette décision fait suite aux résultats d’une étude publiée dans la revue scientifique internationale «Nature», dans son édition du 26 mars 2020, mettant en cause les chauves-souris et les pangolins pour leurs rôles respectifs de «réservoir» et «d’hôte intermédiaire» du Coronavirus. Selon l’étude, ces animaux sont porteurs des Coronavirus liés au SRASCoV-2 responsable aujourd’hui de l’épidémie de Covid-19.

«Les résultats indiquent que ledit virus est issu d’une recombinaison entre deux virus différents, l’un proche de la chauve-souris et l’autre plus proche du pangolin ; et suggère que leur vente sur les marchés d’animaux sauvages devrait être strictement interdite, afin de minimiser le risque de transmission future des virus aux humains», souligne un communiqué du ministère des Eaux, des Forêts.

Selon cet arrêté, toute personne détenant une ou plusieurs de ces espèces en captivité doit en informer les agents du ministère des Eaux et Forêts de sa localité, qui procèderont à la saisie. «Les infractions au présent arrêté sont constatées, poursuivies et réprimées conformément aux dispositions des textes en vigueur», prévient le ministère. «Le ministère des Eaux et Forêts dont j’ai la charge entend travailler en étroite collaboration avec les experts, notamment ceux de la Station d’études des gorilles et des chimpanzés (SEGC) de la Lopé et du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), pour mieux comprendre et prévenir les maladies transmises par les animaux, afin de protéger la population gabonaise», a assuré Lee-White.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. […] por la Covid-19 se han detectado en el país, cuando el gobierno ha decidido intervenir. Tal y como publica Gabon Review, el Ministerio de Agua, Bosques, Mar y Medio Ambiente, ha prohíbido ahora la caza, captura, […]

  2. Ikobey dit :

    dommage ! c’est si bon un ragout de pangolin !

  3. Shox dit :

    Aujourd’hui l’origine du covid divise les nations quant à son origine qui serait plutôt dans un laboratoire(Luc montagnier prix Nobel de médecine 2008 par exemple) … Les chauve-souris et pangolin seraient innocents… Cette loi adoptée au Gabon n’a-t-elle pas été hâtive ?? Nous au Gabon on ne se nourrit pas de poulet dans les villages… Pourquoi toujours copier et coller sans pertinence et toujours dans la hâte ???

Poster un commentaire