GR

 

Une affaire d’ailes de poulet a tourné au drame, le 25 juillet, au quartier Sorbonne, dans le 3e arrondissement de Libreville. Accusé d’avoir volé ces ailes, un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années n’a pas supporté la honte. Il a fini par se venger en mettant le feu à la maison de ses voisins qui l’accusaient de vol. Deux fillettes de 4 et 7 ans ont perdu la vie, calcinées.

A cause d’une affaire d’ailes de poulet volées, deux fillettes de 4 et 7 ans meurent carbonisées dans un incendie apparemment volontaire. © D.R.

 

La journée du 25 juillet 2020 restera tristement mémorable pour les habitants du quartier Sorbonne. A cause d’une histoire d’ailes de poulet dérobées d’un congélateur, deux jeunes enfants ont perdu la vie dans un incendie, apparemment volontaire. Accusé d’avoir commis ce forfait, le jeune Zacharie, 20 ans environ, a préféré se faire justice. Nuitamment, il a mis le feu à la maison de ses voisins. Deux fillettes âgées de 4 et 7 ans ont perdu la vie, calcinées.

Selon les témoignages recueillis par Gabon1ère, les «palabres» ont commencé en journée. Le jeune homme a été accusé d’avoir dérobé des ailes de poulets dans le domicile de ses voisins. Ce qu’il n’a pas accepté et s’est mis dans une colère noire. D’ailleurs, pour se défendre, il a brutalisé l’une des occupantes de la maison, une jeune fille d’environ 15 ans. Cette dernière raconte qu’il lui a asséné des gifles avant de cogner sa tête contre le mur. Voyant que cette dernière persistait dans ses accusations, il a menacé de la tuer.

Ruminant sa colère durant toute la journée, à la tombée de la nuit, il aurait mis le feu à la maison, autour de 23 heures, où se trouvaient 4 personnes. La jeune fille d’une quinzaine d’années et son petit-frère de moins de 5 ans ont réussi à sortir des flammes, tandis que les deux fillettes de 4 et 7 ans n’ont pas pu être sauvées, malgré la promptitude de l’intervention des habitants du quartier.

Le meurtrier n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention des agents des forces de l’ordre. Il se trouve désormais entre les mains de la justice pour répondre de ses actes.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire