HABANA

Le ministère de la Santé a annoncé, le 17 mai, le lancement de la campagne vaccination anti-Covid à l’intérieur du pays. Cette phase va toucher six provinces supplémentaires en plus de l’Estuaire, de l’Ogooué-Maritime et du Haut-Ogooué, couvrant ainsi l’ensemble du pays désormais.

Le gouvernement a lancé le 17 mai 2021, la campagne vaccination anti-Covid dans l’intérieur du pays. © courrierlaval.com

 

Déjà effective dans l’Estuaire, l’Ogooué-Maritime et le Haut-Ogooué, la campagne de vaccination va toucher les autres provinces du pays. «Dans le cadre de la mise en œuvre du plan national de vaccination contre la Covid-19, le ministre de la Santé, Dr. Guy Patrick Obiang Ndong, et le Comité national de vaccination procèderont du 17 au 23 mai 2021 au lancement de la campagne vaccination à l’intérieur du pays», a annoncé un communiqué publié le 16 mai.

Selon le ministère de la Santé, la campagne de vaccination anti-Covid à l’intérieur du pays a été lancée le 17 mai à Koula-Moutou (Ogooué-Lolo) et Tchibanga (Nyanga). Le 18 mai, la campagne sera lancée à Mouila (Ngounié) avant Lambaréné (Moyen Ogooué) 24 heures plus tard. Le 21 mai, enfin, la campagne atteindra Makokou (Ogooué Ivindo) et Oyem (Woleu-Ntem).

La campagne de vaccination nationale contre le Covid-19 a démarré le 23 mars dans l’Estuaire. En avril, la deuxième phase, concernant les provinces, avait démarré dans l’Ogooué-Maritime et le Haut-Ogooué. Selon le président de la République, plus vite les populations se feront vacciner, plus vite le pays retournera à la vie normale. Si le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à coronavirus au Gabon (Copil) a noté une «engouement» vis-à-vis du vaccin, seul 0,4% de la population, soit 8515 âmes, ont reçu au moins une dose de vaccin au 5 mai.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Lavue dit :

    Il est question avec cette vaccination de laisser les gens décider d’eux-mêmes. C’est ce qui est pratiqué dans les pays civilisés. Le Gabon dans son mimétisme délirant ne va pas mettre la GR et les forces de sécurité en branle pour conduire de force les Gabonais vers un remède dont les conséquences ne sont pas encore toutes connues par la communauté scientifique.
    Vous pouvez voler l’argent sans être excessifs dans votre démarche, chers politicards.

    Depuis que la tendance est baissière en France, elle est également baissière au Gabon. Le ridicule c’est vraiment pas pour eux.

Poster un commentaire