HABANA

 

Pour clore la première session ordinaire de l’Assemblée nationale pour l’année 2021, l’Assemblée nationale a produit et mis à la disposition des citoyens un recueil de textes exaltant la paix intitulé «Livre blanc pour la paix» avec pour sous-titres, «Méditations et exhortations». Un ouvrage de 272 pages préfacé par le président Ali Bongo Ondimba.

Le recueil de textes exaltant la paix intitulé «Livre blanc pour la paix». © Com. Assemblée nationale

 

«Livre blanc pour la paix : Méditations et exhortations». Tel est l’intitulé de l’ouvrage présenté, le 30 juin, par le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi, qui clôturait la première session ordinaire de cette institution pour l’année 2021. Cet ouvrage élaboré avec les contributions de nombreux Gabonais se veut promoteur des valeurs de paix dont l’absence a été à l’origine de l’incendie de la Représentation nationale à l’issue de l’élection présidentielle de 2016.

Voulant marquer d’une pierre blanche le retour des députés à l’Assemblée nationale, le Palais Léon Mba, réfectionné et réhabilité après les affres de 2016, l’institution a publié un livre pour que «plus jamais ça !».  Sur 272 pages, les jeunes, les femmes, «matrices du bien-être», les dignitaires, les maires des villes, les plateformes associatives, les universitaires les leaders religieux, les leaders politiques, les acteurs cultures et les mouvements syndicaux, se sont entre autres, exprimés sur cette question.

Chacun, connu ou inconnu, personnalité de premier plan ou non, dans son style et avec sa sensibilité, a apporté une contribution à cette œuvre collectif dont le but est d’éveiller les consciences afin de persuader les concitoyens à se réapproprier les fondamentaux de la Nation, en l’occurrence demeurer «unis dans la concorde et la fraternité»».

Dans sa préface, le président de la République rappelle que «maintenir le Gabon en paix et en sécurité» est la première priorité de ses «16 engagements pour le Gabon» ; le projet de société proposé aux Gabonaises et Gabonais lors de la sollicitation de son second mandat. «En Afrique, continent parfois tourmenté, le Gabon se singularise entre autres par sa stabilité. Cette stabilité tient beaucoup à notre capacité, nous dirigeants, à garantir la concorde tant sur le plan politique», fait-il savoir ajoutant que «c’est la définition même du vivre-ensemble. Un précieux legs qui nous a été transmis par nos prédécesseurs et sur lequel nous avons le devoir de veiller afin, le moment venu, de le transmettre à notre tour aux générations futures».

Faustin Boukoubi, lui estime dans son avant-propos qu’«à la réflexion, il s’avère que le bon combat à mener consiste à consolider, préserver et promouvoir la paix, gage de concorde, de fraternité, du vivre-ensemble et de symbiose en vue de réaliser la prospérité, la «félicité» voulue par nos pères fondateurs, si nos volontés se manifestent et transcendent nos contradictions politiques pour se résoudre à cette fin. Rien qu’à cette fin».

«La paix, la paix, préservons la paix», écrit-il,  invitant chacun à s’approprier, à appliquer et à promouvoir cette exhortation : plus jamais ça ! On retrouve notamment dans le livre des textes du champion olympique gabonais, Anthony Obame, du jeune député Alexandre Gilbert Awassi, du journaliste Martial Tchibinda, des politiques René Ndémezo’o Obiang, Rose Christiane Ossouka Raponda, ou encore Chantal Myboto, Casimir Oyé Mba, Paul Biyoghé Mba, des sydicalistes Fridolin Mvé Messa, des artistes comme Vyckos Ekondo et Jean Divassa Nyama.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire