mdas

 

Excédé par la non-reprise des cours alors même qu’il assure être en train de trouver des solutions à leurs différentes revendications, le ministère de l’Éducation nationale annonce ce lundi 6 décembre une série de sanctions visant les enseignants grévistes, dont une mesure de radiation pour ceux ayant totalisé au moins 3 mois d’absence dans les salles de classe. Pour compenser, le gouvernement annonce également une campagne de recrutement direct d’enseignants dans les tout prochains jours.  

Les enseignants ayant déserté les salles de classe seront sanctionnés. © D.R.

 

Selon le gouvernement, par rapport au nombre total d’enseignants sur toute l’étendue du territoire national, les grévistes sont estimés à 20%. Et l’impacte de leur mouvement lancé dès la rentrée scolaire 2021-2022 se fait de plus en plus ressentir, si bien que le ministère de l’Éducation nationale brandit désormais des sanctions après avoir, assure-t-il, tenté de renouer le dialogue avec la Conasysed et le Sena, les deux organisations syndicales à l’origine du débrayage. Dans un long communiqué lu ce lundi sur le plateau du JT de 20 heures de Gabon 1ère, William Johnson Awandjo a en effet annoncé que certains grévistes pourraient payer plus cher que les autres leur refus de regagner les salles de classe.

C’est notamment le cas de ceux ayant déserté leur lieu de travail depuis au moins 3 mois. Ceux-là, informe le conseiller technique 1 de Pr Patrick Mouguiama-Daouda, seront soumis à une procédure de radiation. Pour compenser ces futurs licenciements, le gouvernement annonce également une campagne de recrutement direct d’enseignants dans les tout prochains jours.

Quant aux enseignants n’ayant pas regagné leurs postes d’affectation depuis lors, le ministère les menace d’une suspension de solde. Les responsables d’établissements ayant permis l’organisation de la grève devraient également voir des sanctions tomber au cours de cette semaine.

Toutefois, les grévistes présents à leurs postes de travail bénéficieront de leurs allocations familiales et de leur prime de logement, promettent les autorités. Au gouvernement où l’on dénonce «des fautes pour manquements aux obligations professionnelles», on indique en effet que «seuls les enseignants à leurs postes recevront leurs salaires».

 
GR
 

7 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Pauvres enseignants qui ne font que revendiquer ce qui est légitime. Quand ce régime satanique détourne les milliards de francs CFA, vous ne les sanctionnez pas. Tout cet argent aurait pu améliorer les conditions de travail des enseignants et des élèves. Le salaire des enseignants au Gabon aurait pu être le plus élevé d’Afrique subsaharienne. Ce pays aurait pu être le plus grand et beau d’Afrique subsaharienne. Non! Vous ne voulez pas le bien de ce pays. Ce que vous voulez, c’est de continuer à vous remplir les poches avec l’argent du Gabon. Pitié de vous. Il faut bien que tout ça s’arrête un jour. Nous sommes vraiment fatigués de vivre pauvrement dans un pays 1000 fois plus riche que tout le continent européen. Et les européens savent parfaitement que ce que j’affirme ici est totalement vrai.

  2. medzomekoure dit :

    Ces bons à rien , toujours la fuite en avant, les enseignants réclament des meilleurs conditions de travail pour une éducation répondant aux normes internationales, au lieu de se pencher sur ces problèmes, ces incapables pensent que c’est la radiation des grévistes qui va sortir le système éducatif du pays de l’ornière.
    Si vous n’êtes pas des créatures de Satan, qu’est ce que vous êtes et à quoi servez-vous, si ce n’est à détruire le Gabon?

  3. Alain Christian dit :

    Et qu’est-ce qui sera différent pour les soit disant enseignants qui seront recrutés lors de cette campagne de recrutement direct !?
    Seront-ils eux aussi licenciés dans six mois lorsqu’ils revendiqueront les meilleurs conditions de travail et la régularisation de leur recrutement, car l’on sait ce que tout cela va donner comme résultat…Pitoyable management.

  4. Que le Gabon soit libéré de l’usurpation des Bongo au Nom de Jésus dit :

    Quelle manque de sagesse, recruter des nouveaux enseignants à partir de quelle école au Gabon, il y a t-il assez d’enseignants en stock et sont-ils qualifiés, compétents et dévoués pour combler le vide, les recruter pour travailler dans quelle condition de travail le statut quo? Et Qui va former ses enseignants, ceux que vous radier? il y a une courbe d’apprentissage seront-ils opérationnels à temps, toujours une vision genre fuite en avant qui conduit dans le gouffre. Ce problème dure depuis plus de 20 ans. Trop c’est trop.

  5. Cheriph Angoundou dit :

    Ridicule, au lieu d’assumer son incapacité à résoudre le problème des effectifs pléthoriques dans les salles de classes. Il joue au gendarme.

  6. Lucas dit :

    Ce genre de comportement montre oh combien de fois ces gens prennent les gabonais pour des esclaves et sont imités peu à peu par les sociétés privés, lorsque l’on réclame des meilleures conditions on brandit de suite la menace parce que les autres doivent se contenter des miettes quand eux se bourre la panse avec l’argent du contribuable

  7. Mopty dit :

    Et comment feront-ils pour faire fonctionner l’éducation nationale au Gabon?????
    Ce pays est vraiment parterre
    Enseignants tenez bon!!!! Votre avenir et celui de vos élèves sont en jeu

Poster un commentaire