TATIE

Le 11 septembre aux environs de 11h, le maire de Libreville a été reçu au B2 puis placé en garde à vue. Si les proches de Léandre Nzue assurent qu’il a juste été entendu pendant plusieurs heures, il est cependant resté au B2 au-delà de minuit, et d’aucuns craignent pour l’image que renvoie une telle interpellation à travers le continent, d’autant plus que le maire de la commune de Libreville est le président de l’Association des cités et gouvernement locaux unis d’Afrique.

Le maire de Libreville, Léandre Nzue. © D.R.

 

Depuis un peu plus d’une semaine, la situation est explosive à la mairie de Libreville. Après certains de ses collaborateurs, le maire de Libreville a été convoqué à la Direction générale de la contre-ingérence et de la sécurité militaire (DGCISM), communément appelé B2. Si des personnes de son entourage assurent qu’il a été, ce 11 septembre, seulement entendu pendant plusieurs heures, de nombreuses sources indiquent cependant qu’après son interrogatoire, il a été gardé à vue pour nécessité d’enquête. Ce que confirment de nombreux membres de son cabinet, l’un d’eux ayant quitté, à minuit, le piquet d’attente devant le B2, sans que le maire n’en soit sorti.

En principe, l’administration ne travaille que jusqu’à 15h, aussi ce long interrogatoire, couplé à la tradition du vendredi de bouclage dans les forces de l’ordre, fait penser que tout a été fait pour que le premier magistrat de la capitale gabonaise y passe au moins le week-end.

Léandre Nzue serait accusé de détournements de la mairie de Libreville dont il est l’édile depuis mars 2019. Certaines indiscrétions évoquent la découverte des faux mandats correspondants à des décaissements de 33 millions de francs CFA effectués par mois qui gonflaient la masse salariale de la mairie au profit du maire. Vrai ou faux ? Le débat se situe à ce niveau depuis plusieurs semaines et l’enquête, désormais ouverte au B2, devrait permettre à l’opinion d’être mieux édifié.

A la rescousse de Léandre Nzue, le 10 septembre, les groupes politiques siégeant au Conseil municipal de Libreville dénonçaient une «avalanche de coups publics sur les responsables d’institutions municipales», revendiquant la souveraineté du Conseil municipal notamment en matière d’examen des comptes administratifs et de gestion. Revenait-il donc au Conseil municipal de constater les dérives financières du maire et agir en conséquence ? C’est du moins ce qu’ils ont, à demi-mots, laissé entendre en clamant leur souveraineté.

Si nombreux assurent que «Léandre Nzue est dans de sales draps», d’autres notent aussi que cette interpellation et surtout cette garde-à-vue, terni l’image du Gabon, d’autant plus que le maire de la commune de Libreville est le président de l’Association des cités et gouvernement locaux unis d’Afrique depuis 2019 et ce, jusqu’en 2021. Gardé à vue en fin de semaine, Léandre Nzue pourrait donc au moins passer son week-end en cellule. Selon le site 7Jours info, lundi il pourrait être entendu par le procureur puis déféré à la prison centrale de Libreville. Des méthodes absurdes au regard de son statut d’élu local et d’officier d’Etat-civil.

«On aurait, en effet, pu procéder autrement, avoir un peu d’élégance dans la méthode, si tant est qu’il y a des choses à lui reprocher», estime un membre de son cabinet. En effet, selon l’article 23 du Code de procédure pénale, le maire et ses adjoints sont des officiers de police judiciaire. Aussi, pour le mettre aux arrêts, il faut que celui-ci soit pris en flagrant délit ou que son habilitation soit préalablement levée par le Procureur. Ce n’est visiblement pas le cas, en l’occurrence.

 
GR
 

14 Commentaires

  1. Gayo dit :

    Ali, Sylvia, Nourredine. Pourquoi vous ne pouvez rien contre la corruption de votre régime?
    1 – La corruption est un pilier du PDG et la source de sa longévité au pouvoir
    2 – Vous vous appuyez principalement sur des corrompus qui sans remord ont besoin de la fraude et du vol et sont capables de défendre les crimes et violation du droit avec une froideur cinique: Alain Claude Bilie Bi Nze, Matha entre autres.
    3 – L’image que renvoie votre partie et les élites du PDG est si négative avec un bilan si criminel qu’il est impossible que celui-ci puisse encore attirer des gabonais valeureux et integres, alors il ne vous reste plus que des arrivistes et opportunistes comme Alain Claude Bilie Bi Nze, Leandre Nzue, General du Mapane, Ndemezo’o, Alihanga, Karine Arissani, des personnages sans scrupule.
    4 – Vous êtes si naïfs que vous croyez que ceux qui vous défendent jusque dans la bêtise et vous chantent des louanges motivés par un opportunisme vicieux sont de véritables soutiens alors que ces hommes sans moralité sont un malheur pour le Gabon. Quittez le pouvoir un jour et vous verrez si les gens comme Bilie Bi Nze mourront pour vous.
    5 – Vous êtes si vomis par les gabonais et en même temps si avide de pouvoir par tous les moyens que vous êtes condamnés à avoir recours à des goudronniers prêts à tout pour l’argent et le pouvoir que vous leur donnez. Quand on est bandit on est bandit même dans les responsabilités qu’on peut vous confier, donc aucun espoir pour toi d’avoir des collaborateurs droits.
    6 – Le fait que tu sois toi-meme un tricheur fait que naturellement tu te sens plus a l’aise avec des tricheurs comme toi. Tu ne peux attirer ou être attiré en amitié par des personnes qui ne te ressembles c’est a dire républicains et compétents.
    7.etc

    • Rhody Junior dit :

      Tout est dit dans ce commentaire… Ils n’éradiqueront jamais le mal qui les entretient (en période d’élection, l’argent qui coule à flot n’est certainement pas tout blanc).

      Mais essayent t ils vraiment de l’éradiquer? La corruption est elle la réelle cause de cette interpellation (ou de celle de la bande à Alihanga)? Ou est ce que devenu gênant, une force tapie dans l’ombre veut se débarrasser du maire de Libreville (en l’humiliant grandement au passage comme on l’a déjà vu).

      Bon cassez vos œufs tant que vous le voudrez, nous viendront savourer les omelettes avec vous.

  2. Gayo dit :

    Les methodes utilies par tous les cadres pedegistes y compris Ali lui-meme pour s’enrichir.

  3. Serge Makaya dit :

    Pour Leandre Nzue, ses détournements de fonds à la mairie ne sont que le tiers d’une goutte d’eau. Incomparable devant les milliards (non pas de cfa mais d’euros) détournés par le clan BONGO-VALENTIN. Et eux continuent à se la couler douce… sans être inquiétés par la justice corrompue du Gabon. A Ntare Nzame!!! Pourtant l’esclave (Leandre Nzue) n’a fait qu’imiter ses maîtres que sont ces Bongo-Valentin, plus grands VOLEURS de toute l’humanité. Kié!! Pauvre Gabon!!

  4. Tupac dit :

    Quand un voleur a en face de lui un autre il devient plus agressif

  5. […] Gabon : Le maire de Libreville en garde à vue au B2 est apparu en premier sur Gabonreview.com | Actualité du Gabon […]

  6. Jean jacques dit :

    Vraiment ses tins tins qui pensent que votre vieillard ping sera président du Gabon.sous le mandat d’Ali.on voit leq gens du parti en prison.donc votre ping l’argent qu’il recrute les ivoiriens son jour viendra.ou DGR seea derriere lui.

  7. Joël dit :

    On se connaît. Ne vient pas jouer au guignol ici stp.

  8. Ikobey dit :

    Les commentateurs n’ont pas bien compris le sens de l’article. Ils y voient la preuve de la corruption du régime, alors que l’arrestation du maire est la preuve de la lutte CONTRE la corruption .
    Ali Bongo n’accepte aucune corruption de la part des fonctionnaires comme des élus! Qu’on se le dise !

    • Isabelle dit :

      Le premier des corrompus (le défunt Ali Bongo) n’acceptaient pas que les autres soient corrompus comme lui-même ? Ah oui! Je comprends. Il ne voulait pas de concurrents dans ce domaine, pour pouvoir ainsi garder toujours la palme de CACAS du plus grand corrompu du monde… Félicitations à lui pour ce titre depuis l’enfer où il se trouve actuellement avec son père nourricier Omar Bongo des plateaux batekes.

  9. Lavue dit :

    Eh oui. C’est pas parce que l’autre est voleur que je dois le devenir. C’est pas parce que un voleur n’a pas été arrêté et mis en prison que je si vole je ne serai pas arrêté et mis en prison. Eh ben non! Ca ne marche pas comme ça. Et quand on a un niveau élevé, quand in est bien formé moralement et intellectuellement on le comprend facilement. Mais quand on est une coquille vide, quand on méconnaît les règles, la moralité, les droits et les devoirs on finit comme un mouton par suivre bêtement les autres. Mais dans ce cas il faut assumer pleinement les conséquences qui en découlent.
    Dans le cas présent les autorités font bien leur boulot, chaque délinquant doit passer devant la justice. Chacun son tour, s’il est avéré que ce maire est un « voyou financier », il faut sans pitié le sanctionner. Quant aux autres délinquants comme ALI BONGO, ACCROMBESSI et autres ils n’échapperont pas à la justice. La justice divine a déjà commencé par frappé ALI et son ami Béninois( les AVCs dont les 2 ont été victimes ne sont pas des péripéties ou des coïncidences hasardeuses; c’est la punition d’en haut) et elle ne saurait s’arrêter-là ou se limiter à ces 2 personnes.
    Donc si c’est le tour de M. NZUE, inutile de lui chercher trop d’explications. Très souvent ces gens méritent ce qui leur arrive. Ils doivent simplement avoir le courage d’assumer leurs actes aux lieux de vouloir prosterner en victime.
    ALI BONGO a une position qui le protège devant la justice du pays, mais si tous les élus (surtout PDG) pensent qu’il sont logés à la enseigne que lui et bien ils sont simplement cons et stupides. Il faut leur montrer qu’ils se trompent.

    Le B2 fait son boulot, à chacun de nous d’éviter de s’y retrouver.

Poster un commentaire