GR

Le Centre gabonais des élections (CGE) s’est réuni le 4 du mois en cours pour préparer l’agenda d’une nouvelle élection partielle dans le premier siège du département Lékoni-Lékori à Akiéni. L’annonce de ce scrutin intervient au lendemain de la réhabilitation d’Ali Akbar Onanga Y’Obégué au sein du Parti démocratique gabonais(PDG).

L’ancien député du 1er siège du département de Lékoni-Lékori, Ali Akbar Onanga Y’Obégué, devrait certainement tenter de reconquérir son fauteuil, lors des législatives partielles du 4 avril 2020. © D.R.

 

Dans la foulée de la réhabilitation, le 3 mars, d’Ali Akbar Onanga Y’Obégué par le Parti démocratique gabonais duquel il avait été exclu, le 1er août 2019, pour «atteinte à l’unité du parti et acte contraire à la probité», le Centre gabonais des élections (CGE) s’est réuni le 4 du mois en cours pour préparer l’agenda d’une nouvelle élection partielle dans le premier siège du département Lékoni-Lékori à Akiéni dont il était l’élu.

Selon le communiqué du CGE, la date limite des dépôts de dossiers de déclaration de candidature est fixée au 14 mars 2020 à 18 heures. L’ouverture de la campagne électorale, notamment pour le premier tour de cette législative partielle, est prévue le 24 mars 2020 à minuit. Quant à la clôture de la campagne, elle aura lieu le 3 avril 2020 à 0 heure, tandis que le collège électoral est convoqué le 4 avril de 7 heures à 18 heures.

Le conseil disciplinaire du PDG avait exclu Ali Akbar Onanga le 1er août. Ex-secrétaire général du gouvernement, membre du gouvernement, considéré comme l’un des fidèles de première heure du président Ali Bongo Ondimba, il avait été accusé d’avoir fait des «déclarations tendant non seulement à semer de façon insidieuse la confusion et la discorde dans les esprits des militantes et militants du Parti démocratique gabonais, mais aussi à remettre en cause la teneur du message du DCP [distingué camarade président] traduit par le camarade Secrétaire général à l’ensemble des militants».

Après sa saisine, le 5 août 2019, par le président de l’Assemblée nationale, la Cour constitutionnelle avait déclaré vacant le 1er siège de la Lekoni-Lekori à Franceville. Depuis lors ce siège est demeuré inoccupé jusqu’à cette annonce de l’organisation d’une élection partielle pour pourvoir à ce siège vacant.

Le 3 mars à Libreville, le PDG a réhabilité quatre de ses cadres exclus, il y a plusieurs mois, pour des raisons diverses. Parmi ceux-ci, Ali Akbar Onanga Y’Obegue. Il devrait certainement se repositionner pour reconquérir le fauteuil qu’il avait perdu à l’Assemblée nationale à la suite de la sanction de son parti.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    Il peut toujours reconquérir son fauteuil. Ça ne changera rien au désordre qui règne actuellement au Gabon. Ali Bongo est MORT. Sylvia Bongo et Nourredine Bongo, sans oublier la France et le Maroc, sont actuellement nos FARDEAUX dans ce pays. Une fois débarrassé de ces épines, le pays se portera mieux.

Poster un commentaire