HABANA

 

Candidate à la présidence de l’Union nationale, Paulette Missambo ne souhaite pas se laisser distraire par l’idée d’une probable implosion de ce parti qu’elle rêve grand, implanté sur l’ensemble du pays, capable de participer à toutes les élections, d’avoir au moins un prétendant sur chaque siège et d’impulser une dynamique d’alternance au sommet de l’État.

Candidate à la présidence de l’Union nationale, Paulette Missambo. © D.R.

 

Clairement affichés au sortir du dernier congrès extraordinaire, après l’échec de l’élection du président de l’Union nationale, les signes d’une probable scission du parti présidé par Zacharie Myboto ne semblent pas assez importants pour déconcerter l’ancienne vice-présidente du parti dans son projet de « Renouveau de l’Union nationale ».

Convaincue qu’il s’agit d’une opération de boules puantes volontairement créée sur sa candidature à la présidence de l’Union nationale, et pour mieux manipuler les textes à des fins inavoués, Paulette Missambo, se présentant comme une fervente partisane de l’unité et de l’inclusion, assure «pour ma part et mon équipe avec moi, le parti traverse un grand moment de démocratie interne qui devrait inspirer et dont il faut se féliciter. Nous travaillons tous à ce que le prochain scrutin soit accepté par tous et ses résultats les moins contestables qui soient».

Face aux retards accusés par le Bureau du congrès à organiser le renouvellement des instances dirigeantes de l’Union nationale depuis mars dernier, et pour mieux promouvoir les réformes qu’elle entend impulser à la tête de ce parti de l’opposition qui a su porter le rêve des milliers de Gabonais au lendemain de la contestation des résultats de l’élection présidentielle anticipée et contestée de 2009, l’unique adversaire de Paul Marie Gondjout, et son équipe sillonnent les arrondissements de la capitale gabonaise, pour lever des coins de voile et apaiser les inquiétudes sur l’éventuel danger d’implosion que courrait l’UN après le prochain congrès et l’élection d’un nouveau président.

«À coup sûr, nous parviendrons à réunir les conditions pour que les frustrations et les déceptions ne soient pas de nature à détruire ce que nous nous échinons à bâtir ensemble depuis 11 ans», a-t-elle assuré, au cours de sa rencontre de terrain dans le premier arrondissement.

 
GR
 

13 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Mme Paulette Missambo, le plus beau cadeau que les hommes et les femmes politiques peuvent faire à leurs enfants et petits enfants aujourd’hui, c’est d’arrêter avec tous ces partis politiques vraiment inutiles. ENSEMBLE, FAISONS TABLE RASE DE CE TRISTE PASSE DU BONGOISME. MÊME LE PDG DOIT DISPARAÎTRE.

    Tous les hommes et les femmes, engagés d’une manière ou d’autre, devraient se retrouver (pas pour une paix à la bongoisme appelé autrement paix des braves ou encore paix des mallettes) pour laver le linge sale en FAMILLE.

    Nous n’avons vraiment pas besoin de tous ces partis politiques au Gabon. En Chine, il n’y a qu’un seul parti politique, et le pays se porte quasiment bien sur le plan économique, sauf sur les droits de l’homme. Aux USA, il y a essentiellement deux grands partis politiques : les démocrates et les républicains.

    Nous, au Gabon et dans d’autres pays d’Afrique, nous avons voulu suivre le modèle français. C’est un modèle peut-être BON pour la France, mais certainement pas pour l’Afrique en général et le Gabon en particulier. Depuis l’avènement de la « démocratie » (quelle démocratie ?) en 1990, rien de positif au Gabon. Nous avons même l’impression que cela s’empire. Ceci pour dire que ce n’est pas en continuant avec de ridicules partis politiques que notre pays décollera.

    LAISSONS TOMBER TOUS CES PARTIS INUTILES POUR NOUS AFRICAINS EN GÉNÉRAL ET GABONAIS EN PARTICULIER. RETROUVONS-NOUS AUTOUR D’UNE TABLE POUR PARLER, ÉCHANGER, DISCUTER, SE DIRE LES VÉRITÉS. MÊME CEUX QUI ONT FAIT TANT DE MAL (les Bongo-Valentin) PEUVENT VENIR S’ASSEOIR A CETTE TABLE. QU’ON PUISSE VOMIR ENSEMBLE TOUS LES MAUX DE CE PAYS ET REPARTIR SUR DE NOUVELLES BASES (nouvelle Constitution, nouvelle République, etc.)

    Et aussi, ne confions PLUS JAMAIS ce pays entre les mains d’une seule personne. Cela doit devenir désormais un travail d’équipe. Si nous faisons ça, le pays décollera. Et aucun Gabon,ais ne sera plus jamais dans la misère.

    Un seul nouveau parti politique (comme en Chine) suffira. Si dans ce parti politique, il y a l’existence d’un véritable DÉBAT CONTRADICTOIRE, pourquoi nous faudra t-il encore en créer d’autres ?

    Apprenons a nous unir, à respecter nos us et coutumes. Et le Gabon se portera à merveilles. Que nous puissions nous respecter, quelques soit notre origine ethnique. Toutes les ethnies du Gabon se valent. Et aucune n’est supérieure à une autre, y compris les pygmées. Et d’ailleurs, nous aurons tout intérêt à valoriser ce peuple de la forêt avec qui nous pouvons mettre en place des projets touristiques en lien avec la forêt. Ce qui nous évitera désormais de détruire notre belle et grande forêt.

    LE GABON EST IMMENSÉMENT RICHE DANS SON SOL ET SOUS SOL, Y COMPRIS RICHE DE CETTE PLURALITÉ ETHNIQUES ET CULTURELLES A METTRE EN VALEUR. C’EST ENSEMBLE QUE NOUS ALLONS RÉUSSIR A RECONSTRUIRE COMME IL SE DOIT NOTRE PAYS.

    • Paul Mikouma dit :

      Mais M. Malaga, c’est ce que propose le PDG et cela a déjà été fait de 1968 à 1990 sous l’appellation de parti unique. Ce sont exactement les mêmes raisons qui furent évoquées.

      Non cher compatriote. Non, Non et encore Non. La démocratie c’est le pluralisme et le pluralisme n’a pas a être limité par autre chose que la volonté de chacun.

      Le nombre de formations politique n’est un problème pour personne. Le peuple sait faire le tri.

      • Serge Makaya dit :

        C’est que vous n’avez rien compris de mon POST ou YOUT simplement, vous jouez le jeu du système actuel soutenu par la francafrique, jeu qui consiste à diviser pour mieux régner.

        Dites-moi en quoi le pays ne marchera pas dans un système de gouvernance en équipe ? En quoi le pays ne marchera pas avec un seul parti politique qui accepte en son sein un débat contradictoire ? Vous allez peut-être me répondre que ce débat contradictoire se fait déjà en assemblée avec les élus du peuple, c’est vrai. Mais ne peut-il pas aussi se vivre au sein même d’une famille politique ? Nous avons besoin d’une MAIN pour nous laver le visage. Et cette MAIN possède bien 5 doigts différents les uns des autres. Et ensemble ils contribuent quand-même à nettoyer le visage.

        Le PARTI UNIQUE que je propose ne ressemblera NULLEMENT à celui régime actuel de la famille Bongo soutenue par le Quai d’Orsay. Et la gouvernance du pays sera aussi différente, puisque se sera désormais une ÉQUIPE GOUVERNEMENTALE (tablons sur 9 personnes qui représenteront les 9 provinces du pays). Où voyez-vous le danger ici ou un lien de ressemblance avec le ridicule parti politique de la famille Bongo et au service de cette famille ? Ce nouveau parti politique unique ne chantera pas les louanges d’un homme politique. Il sera tout simplement là pour servir le peuple. Les groupes d’animation que l’on trouve encore au PDG n’auront pas droit d’exister dans ce nouveau parti unique. C’est un parti politique pour être au service du peuple et non de l’asservir comme le fait l’actuel PDG depuis sa création par Omar Bongo dès plateaux batekes.

        Dans tous les cas, si vous avez du mal avec un seul parti politique, deux suffirait largement; un qui sera celui de la majorité, et l’autre où se rassembleront tous ceux qui n’epouseront pas les idées de cette majorité « présidentielle »*

        * »présidentielle »: qui sera désormais une présidence en équipe (et non plus un seul homme). Car c’est ICI même le véritable problème du Gabon et du reste de l’Afrique CFA. Parce que cette gouvernance avec un seul homme, qui n’est quasiment jamais le choix du peuple mais plutôt celui du Quai d’Orsay, freine tout progrès de nos pays, parce que les ordresviennent le plus souvent du Quai d’Orsay qui manipule ses pantins choisis par lui. Avec une équipe gouvernementale, le Quai d’Orsay aura du fil à retordre, croyez-moi.

        Ne me dites pas que ma proposition ne vaut rien. Ce n’est las possible. Rien ne coûte d’essayer cette nouvelle forme de gouvernance en équipe et attendre les résultats au bout d’un mandat qu’il faudra aussi réduire au plus à 4 ou 5 ans.

        Je pense avoir proposé un bon système de gouvernance qui servira vraiment le peuple, contrairement à l’actuel qui sert d’abord les intérêts de la France et ensuite se servent eux mêmes.

        Quelqu’un, dans un POST, me proposait de me présenter à l’élection présidentielle à venir. D’abord, j’y suis totalement contre une élection présidentielle sous la forme actuelle d’une présidence unique. Et en plus, ce n’est plus de mon âge. Mais j’insiste sur fait que c’est peine perdue que de se présenter à l’élection présidentielle de 2023. Les élections présidentielles en côte d’Ivoire, au Tchad et au Congo voisin doivent vous faire comprendre que ça ne servira à rien d’y aller. Les mêmes valets du Quai d’Orsay sortiront vainqueurs. Et chez nous, attendez vous encore à un Bongo.

        • Fiacre dit :

          @ Serge Makaya, très bonne proposition. Seulement voilà, beaucoup de nos compatriotes ne vous prendront pas en considération, parce que l’idée n’est pas venue d’eux. Franchement, nous n’avons pas besoin de multipartisme dans ce petit pays de 2 millions d’habitants. Un seul parti aurait suffit, mais pas comme il fonctionne au PDG. Au plus deux partis politiques ferait l’affaire comme aux USA. Mais beaucoup ici combattront votre proposition parce que le multipartisme permet de distribuer l’argent du contribuable aux fondateurs de ces STUPIDES et IMPRODUCTIFS partis. On n’est pas sorti de l’auberge.

      • Roger dit :

        La proposition est bonne pour un seul parti ou deux – u plus. Et la proposition de Mr Serge Makaya n’a rien à voir avec celle des Bongo qui ont usés de leur ruse pour duper le peuple et non de leur intelligence (si encore ils en ont) pour servir le peuple.

      • Ulys dit :

        @Paul Mikouma, tu rigoles en écrivant que c’est ce que propose le PDG. Mon œil. Si le PDG travaillait pour le peuple gabonais, nous n’en serions pas à un tel désastre, et Bongo Omar ne serait nullement traité aujourd’hui de dictateur. C’est très possible de se contenter d’un seul parti politique et s’en sortir. Là Chine le fait très bien, sauf les droits de l’homme. Et le multipartisme n’a rien résolu à la crise que traverse le Gabon depuis l’arrivé du bongoisme. Le PDG doit disparaître, c’est un parti clientélisme et non au service du peuple gabonais.

    • Fille dit :

      @Makaya, le Gabon est ou a fait semblant c’est selon de sortir du parti unique il y a des décennies pour embrasser le rêve de démocratie qui est le multipartisme. Si cela se passe mal, ce n’est pas du fait du multipartisme en tant que tel, mais du niveau politique des gabonais qui ont du mal à voir grand et des entraves venues des influences extérieures. Souhaitez un seul parti au Gabon sachant que la majorité des politiques actuels ne comprend toujours pas ce que c’est de bâtir un état, une nation, c’est nous ramener à Hollando bord de mer. Un retour en arrière n’est pas possible même si tout parait difficile. Revenir à un parti unique, la belle affaire ! Certains n’attendent que ça et après ? Retour aux colonies ? Il faut du temps pour construire et pour construire il faut un peuple averti qui comprend les enjeux du monde dans lequel il vit et non se maintenir dans l’obscurantisme. L’accouchement d’un état de droit est long et difficile mais le temps est l’autre nom de Dieu. Le temps ne sert à l’Homme que si celui-ci s’en sert pour bâtir son rêve et non pour croiser les bras et pleurnicher éternellement sur son sort.

      • SERGE MAKAYA dit :

        Merci ma « Fille » et les autres pour vos POSTS. CV’est cela qui est intéressant : lire vos interventions, vos propositions. Et c’est cela que nous n’arrivons pas toujours à mettre sur pieds : nous asseoir ENSEMBLE pour parler de tous ces problèmes de notre pays. Je suis toujours partant pour une grande concertation nationale qui n’a absolument rien a voir avec une soi disante paix des braves. Peu-être que ça aboutira, sait-on jamais…

  2. Jean .jacques dit :

    Serge présentés toi aux élections tu ne dis rien dans tes posts.le jour que tu seras entendu au B2.Tu sortiras de la sans voix.

Poster un commentaire