GR

 

Très suivie par les Gabonais, la page «Police Judiciaire de Port-Gentil» sur Facebook est finalement un faux compte exploité par un usurpateur, ainsi que l’a indiqué le chef des Forces de police nationale, le 2 juillet, sur la page Facebook de la Préfecture de Police de Libreville.

© D.R.

 

Un plaisantin s’est, vraisemblablement, permis jusqu’ici de s’amuser avec l’identité de l’antenne provinciale de la Police judiciaire de l’Ogooué-Maritime. C’est du moins ce que révèle un communiqué, daté du 23 juin, publié par le Commandement en chef des Forces de Police nationale (FPN). Réaction officielle, ce post fait suite à la diffusion de plusieurs articles dans les médias relatifs à l’engouement suscité chez les internautes par la page Facebook «Police Judiciaire de Port-Gentil».

«Les Forces de Police nationale tiennent à réitérer à l’opinion que l’Antenne provinciale de la Police judiciaire de Port-Gentil ne dispose jusqu’à ce jour, d’aucun compte Facebook», a annoncé le Commandant en chef des FPN, le général de brigade Serge Hervé Ngoma.

La page Facebook «Police Judiciaire de Port-Gentil» faisait le buzz, jusque-là, sur les réseaux sociaux. Avec ses messages à la fois ironiques, parfois désobligeants et tendancieux, le fameux compte s’est brutalement mué en «Police Judiciaire des Immatures». Un changement de nom qui a vite fait d’étonner, suscitant des interrogations quant à sa fiabilité. La Police avait pourtant, dès le 23 juin, produit un communiqué passé inaperçu.

«Depuis quelque temps, une page a été créée sur le réseau social Facebook, en utilisant frauduleuse le logo des Forces de Police Nationale (FPN), pour le compte de l’Antenne provinciale de Police judiciaire de l’Ogooué-Maritime. Les informations erronées et tendancieuses publiées sur ladite page et exploitées par d’autres médias visent clairement à salir les FPN et à ternir l’image d’une unité de police qui s’emploie à mener correctement les missions qui lui sont assignées à Port-Gentil et sur l’ensemble du territoire national», a de nouveau dénoncé le général de brigade Serge Hervé Ngoma.

Le patron de la Police n’a pas manqué d’annoncer une «enquête, en cours pour démasquer le ou les administrateurs ainsi que les complices de cette page (…) jusqu’à ce que les mis en cause en répondent devant la loi».

Après le communiqué de la Police nationale, la page frauduleuse semble avoir été désactivée. Du moins, aucun des deux noms jusque-là attribués à cette page n’apparait sur Facebook désormais.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    Il est peu probable qu’un plaisantin aussi inconscient soit il, ne vienne provoquer la PJ elle même !
    C’est chez vous qu’il faut chercher.

Poster un commentaire