TATIE

Bien que sorti du gouvernement après y avoir passé un peu plus de 2 ans en tant que ministre de l’Enseignement supérieur, Jean De Moukagni Iwangou approuve l’action gouvernementale. Réuni en conseil avec le bureau exécutif du parti qu’il dirige, le 21 novembre dernier, ils ont estimé que le gouvernement est au travail.

Pour Moukagni Iwangou et son parti, le gouvernement est au travail. © Gabonreview

 

Se réunissant au lendemain du Conseil des ministres du 20 novembre, le bureau exécutif du parti que dirige Jean De Dieu Moukagni Iwangou a dit «relevé une intense activité ministérielle dans les matières  législatives  et  réglementaire».  Bien que Moukagni Iwangou ait été sorti du gouvernement, lui et son parti estiment que cette intense activité «montre à la fois, que le Gouvernement est au travail, qu’il veille à aligner les procédures nationales sur les bonnes pratiques en vigueur dans le monde, et qu’il marque sa volonté de conduire avec efficacité l’action des services publics». Ce travail du gouvernement, l’Union et solidarité (US) l’apprécie à deux niveaux.

Le parti approuve la réaction du gouvernement face au traitement dont a été l’objet l’équipe nationale de football en Gambie. Jugeant ce traitement «inacceptable», ce parti dit rester à l’écoute des conclusions de l’enquête ouverte par la Confédération africaine de football (Caf), et affirme «son soutien et sa volonté à l’égard du ministre des Sports, des encadreurs et des athlètes» qui, assure-t-il, «ont su rester dignes, devant un niveau d’adversité qui a outrageusement violé toutes les règles d’hospitalité et d’équité sportive». De fait, l’US attend de la Caf des sanctions exemplaires, pour ne pas fournir sur le continent africain le moindre alibi «aux attitudes contraires aux valeurs prônées par la charte olympique».

Ce parti note également  que le gouvernement préconise la modification de la législation en vigueur, «pour internaliser dans le droit national, les dispositions pertinentes de la Convention de Mérida sur la corruption». Dans ce cadre, le parti attend l’aboutissement de la phase législative, ainsi que la promulgation de nouveaux textes pour donner son avis sur la politique de moralisation de la vie politique. Ayant reçu les conclusions de la Table ronde de Paris, sur le financement de 11 projets intégrateurs dans la zone CEMAC, l’US relève que le Gabon est pris en compte dans 4 projets. Notamment, la construction sur 144 kilomètres de la route de Ndendé/Doussala, l’aménagement des lignes électriques avec le Cameroun, le Congo et la République Centrafricaine, l’interconnexion avec tous les pays de la zone CEMAC par la fibre optique, et la construction du port sec de Dolisie qui participe du corridor Gabon/Congo. Il «exprime toute sa foi dans la conduite des travaux y relatifs, afin de donner un sens au processus global d’intégration régionale».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire