" " Gabon : «Samedi», le remake gabonais de «Friday» sur le grand écran | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas

Avez-vous une fois regardé le film «Friday» de Félix Gary Gray avec Ice Cube (Craig Jones) et Chris Tucker (Smokey) ? «Samedi», le film de la société Tromatix en charge de la production audiovisuelle de la radio Urban FM, présenté à quelques journalistes le 22 avril à Libreville en avant-première, est le remake gabonais de cette comédie américaine mettant en avant les turpitudes des jeunes gens au chômage.

Les journalistes assistants à l’avant-première de Samedi dans les locaux d’Urban FM, le 22 avril 2022, à Libreville. © Gabonreview

 

Financé sur fonds propres par le directeur général de la société Tromatix, promoteur de Urban FM, Edmond Didier Ndoutoumou Medzo, et malgré les difficultés de tournage notamment pendant le Covid-19, «Samedi» a été projeté en avant-première, le 22 avril, pour les journalistes. Un film comique et divertissant, abordant les thématiques réalistes du quotidien.

Aporo et Ikapi, acteurs principaux, représentent deux personnages caricaturaux de la jeunesse gabonaise. Au chômage comme son ami Ikapi, Aporo va finir par succomber aux tentations des dérives. Avec ce jeune dealer, ils vont fumer «la marchandise» que ce dernier est censé revendre.   Mais le trafiquant de drogue va leur réclame son argent : 100 mille francs, équivalent de ce qu’ils ont consommé. Ils doivent donc payer leur dette samedi soir, à tout prix.

Le film ballade ainsi ses spectateurs dans l’univers des jeunes sans emploi passant le clair de leur temps à glander. Il pénètre les temples des églises de réveil, met en relief les pasteurs qui détournent les femmes de leur foyer, examine le phénomène grandissant des associations où l’escroquerie s’érige parfois en norme.

«Samedi» fait également un focus sur les maisons inachevées devenues le repère des dealers de produits prohibés. On n’oublie pas les scènes des jeux de cartes quotidiens, du voleur de poules, mais aussi le braquage devenu légion dans les quartiers, ainsi que les violences faites aux femmes.

Au-delà d’interpeller sur les problèmes et situations présentées dans le film, les producteurs estiment qu’il s’agit d’«un challenge relevé» cette année d’autant plus qu’il élargi le champ d’action de cette société dans le secteur de la communication et du divertissement. A cet égard, le responsable de la société Tromatix espère ainsi diversifier le contenu, en proposant des produits de qualité made in Gabon.

La sortie officielle du film est prévue pour le 6 mai 2022 à l’Institut français du Gabon. On ne s’ennuiera pas durant les soixante-seize minutes que dure la projection, en attendant d’autres projets à venir de la société Tromatix.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Josselin dit :

    Pour la diaspora comment acheter le film ou le visionner ?

Poster un commentaire