HABANA

La Société gabonaise de suivi-évaluation des politiques publiques (Sogeval) a lancé le 18 février à Libreville, l’évaluation environnementale sociale et stratégique dans le secteur forestier. Financée par la Banque mondiale à hauteur de 1,171 milliard de francs CFA, cette étude permettra au pays d’élaborer son plan stratégique pour la réduction des gaz à effet de serre.

Petit-Lambert Ovono (centre) lors du lancement de l’étude, le 18 février 2021 à Libreville. © Gabonreview

 

Dans le cadre de la mise en place du plan stratégique pour la réduction des gaz à effet de serre au Gabon, l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) a lancé un appel d’offres pour une évaluation environnementale sociale et stratégique dans le secteur forestier. Un marché remporté par la Société gabonaise de suivi-évaluation des politiques publiques (Sogeval).

«Nous avons présenté une offre technique avec les meilleurs experts en matière d’environnement, forestière, anthropologique et écologique», a souligné le président de Sogeval. «D’autant plus notre offre financière était moindre que celle de nos concurrents», a poursuivi Petit-Lambert Ovono lors du lancement officiel de l’étude, le 18 février à Libreville. L’étude est financée par la Banque mondiale à hauteur de 1,171 milliard de francs. Elle sera menée dans six provinces et durera six mois.

La coupe du bois et les feux de forêts impactent négativement la couche d’ozone, qui absorbe notamment la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet dangereux pour les organismes. Appartenant au deuxième poumon forestier du monde, le Gabon entend ainsi limiter cet impact. D’où l’étude confiée à Sogeval, qui permettra au pays d’élaborer son plan stratégique pour la réduction des gaz à effet de serre.

«L’étude consiste à produire un document sur toute l’évaluation environnementale ainsi que des instruments de contrôle. La méthodologie que nous allons adopter se compose de quatre parties : revue documentaire, enquêtes sur le terrain, rencontres institutionnelles et rédaction du rapport. Il y aura ensuite des instruments d’accompagnement des populations. L’étude sera à la fois inclusive et participative», a conclu Petit-Lambert Ovono. L’équipe de Sogeval dédiée à cette étude est composée d’une dizaine de membres.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire