HABANA

 

Si Ismaël Ondias Souna a été reconnu coupable de détournement de deniers publics, l’ancien patron de la Société équatoriale des mines (SEM) a assuré mardi devant la cour criminelle spécialisée que l’ordre lui était venu de Tony Ondo Mba et de Brice Laccruche Alihanga, respectivement ministre de tutelle et directeur de cabinet du président de la République à l’époque.

Tony Ondo Mba et Brice Laccruche Alihanga cités dans les faits de détournements à la SEM. © D.R.

 

Reconnu coupable des faits de détournement de deniers publics et condamné à 10 ans de réclusion criminelle avec sursis et à payer une amende de 100 millions de FCFA, Ismaël Ondias Souna ne s’est pas moins défendu à la barre, mardi 8 juin, lors de la réouverture des travaux de la cour criminelle spécialisée qui penchait sur un des dossiers de l’opération anticorruption «Scorpion». En effet, si la cour l’a également condamné à rembourser au Trésor public les 600 millions de FCFA dont il a été reconnu coupable de détournement, l’ancien DG de la SEM a clairement désigné Tony Ondo Mba et de Brice Laccruche Alihanga comme les commanditaires de cet acte.

Devant la présidente de la cour, Ismaël Ondias Souna a dit avoir été soumis à la pression de son ministre de tutelle de l’époque qui, lui, disait agir sous les ordres de l’ancien directeur de cabinet du président de la République. Selon le récit fait par l’ancien patron de la SEM, recueilli par le président de l’ONG SOS Prisonniers Gabon, tout serait parti du conseil d’administration de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), en juin 2019. Au terme de celui-ci, il a été convenu qu’une somme de 11 milliards de FCFA soit versée dans le compte bancaire de la SEM.

Si cet argent aurait dû logiquement être versé par la suite au Trésor public, Brice Laccruche Alihanga (BLA) aurait décidé autrement. L’ancien puissant DC d’Ali Bongo aurait ordonné au DG de la SEM, par l’entremise de Tony Ondo Mba que 9 milliards seulement reviennent à l’État. Les 2 milliards restants devaient être répartis comme suit : 500 millions pour BLA, 100 millions pour le ministre des Finances Roger Ovono Mba, 200 millions pour le ministre des Mines Tony Ondo Mba, 100 millions pour Ismaël Ondias et 100 millions pour le PCA de la SEM.

Seulement, à la lecture des procès-verbaux de confrontation, ni Tony Ondo Mba ni Brice Laccruche Alihanga n’assume leur responsabilité. BLA nie avoir ordonné le partage des 2 milliards de FCFA. L’ancien ministre des Mines quant à lui maintient que l’ordre lui était venu de l’ancien DC du Président. Chacun des deux aura bientôt à se confronter au juge. Pour sa part, Ismaël Ondias dit regretter.

 

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Okoss dit :

    10 ans avec sursis et 100.000.000 cfa à rembourser..seulement.
    Ça c est encourager les détournements

Poster un commentaire