HABANA

Lester William Novick a intenté un procès à Pascaline Bongo à la Cour supérieur de Los Angeles, le 17 février, pour lui réclamer des arriérés de salaire s’élevant à 65,1 millions de francs CFA. Ce citoyen américain travaillait comme agent de sécurité dans une résidence de la sœur d’Ali Bongo à Beverly Hills.

Lester William Novick, ancien agent de sécurité de Pascaline Bongo, réclame à cette dernière 65 millions de francs CFA d’impayés de salaire. © D.R.

 

Sœur aînée du président gabonais, Pascaline Bongo est poursuivie par un ancien agent de sécurité de nationalité américaine pour «résiliation abusive implicite», «violation d’un contrat oral», «violation d’un contrat implicite de fait», «rétention illégale de salaire» et «fraude». Dans le cadre de ce procès intenté à son ancienne patronne le 17 février à la Cour supérieur de Los Angeles, Lester William Novick demande des «dommages-intérêts compensatoires et punitifs non spécifiés». Soit 65,1 millions de francs CFA.

Selon le média mynewsla.com, Lester William Novick a été engagé comme gardien de sécurité en 2014 à la maison principale de Pascaline Bongo à Beverly Hills. Ses fonctions consistaient à «conduire les enfants de la famille à l’école et à les en ramener, superviser les programmes parascolaires des enfants et à protéger tous les véhicules de la famille et la résidence», a indiqué l’ancien agent de sécurité. Ce dernier était initialement payé 5,4 millions de francs CFA par mois, tandis que ses missions à l’étranger lui rapportaient encore plus d’argent.

En 2015, Pascaline Bongo aurait supplié Lester William Novick d’accepter une baisse de ses émoluments à 39 millions de francs CFA par an, assurant que ce n’était que temporaire. «Elle lui a finalement versé l’intégralité de son salaire et a compensé la réduction de salaire», a souligné mynewsla.com. En 2018 cependant, la sœur d’Ali Bongo s’est à nouveau plainte de difficultés financières et a sollicité la compréhension de son employé.

En 2019, les arriérés de salaire de l’agent de sécurité s’élevaient à 52 millions de francs CFA avant d’exploser à 65,1 millions de francs CFA l’année suivante. Par ailleurs, le procès a révélé que «la fluctuation du salaire de Novick découle des difficultés d’accès de Pascaline Bongo aux subvention et financement de l’Etat gabonais».

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Manonzo dit :

    Le pays là c’est pour eux non ? De quoi se plaint-on ? Le contribuable gabonais doit subvenir aux besoins de leurs enfants aux USA tandis que les notres souffrent sans écoles, sans hopitaux, bref, sans avenir. Tout ça pour une seule et même famille qui vit depuis plus de 50 ans sur le dos des gabonais.

  2. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. la encore on va dire quoi. Que le Gabonais invente les choses ou bien ? L’article de Stevie Monombou est clair car assez daté et chiffré. Sauf qu’a notre décharge une fois de plus « on dit et maintenant ont fait quoi ? Amen.

  3. Entouca dit :

    Chacun ses problèmes la vie c’est la roue

  4. Jean .jacques dit :

    C’est bien fait pour toi.Quand tu mangeais l’argent du contribuable gabonais personne ne savait maintenant il vient dire les betises dans les médias.
    Les enfnts de ses rois et reines étudient a l’etranger or ceux des makaya sont abandonnés.

Poster un commentaire