HABANA

 

La marque d’eau «Sano» en provenance du Cameroun a récemment été retirée du marché dans les principales localités au nord du Gabon. La DGCC et l’Agasa l’ont jugée impropre à la consommation, notamment en raison de la qualité de son conditionnement.

Jugée impropre à la consommation, l’eau Sano a été retirée du marché au Woleu-Ntem. © Actucameroun.com/

 

L’eau «Sano» ne serait visiblement pas aussi saine que certains l’avaient pensé. La direction générale de la Concurrence et de la Consommation (DGCC) et l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) viennent de la retirer du marché à Bitam et à Oyem, dans la province du Woleu-Ntem où elle était commercialisée dans de nombreux magasins. L’ordre serait venu d’Hugues Mbadinga Madiya.

Selon Florentin Moundonguidi, directeur provincial du Commerce relayé par le quotidien L’Union, le ministre du Commerce, des PME et de l’Industrie aurait reçu au début du mois de mars courant des correspondances de la part de son homologue camerounais, Luc Magloire Mbarga Atangana, qui mettait en cause la qualité de cette eau, et l’informait de la suspension des activités de la société Sano SA, pour «non-respect des normes d’exploitation et de conditionnement des bouteilles et des bonbonnes destinées à la consommation du public».

Sur les réseaux sociaux ces dernières semaines, plusieurs internautes camerounais avaient en effet relayé des vidéos montrant des agents de Sano SA manipulant à mains nues, dans un espace insalubre et à même le sol, de l’eau pompée dans des bonbonnes. L’opération menée par les services de la DGCC et de l’Agasa à Oyem et à Bitam a permis de retirer des espaces commerciaux plus d’une tonne du produit décrié. Le stock saisi a été détruit.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire