HABANA

 

On a désormais une idée du montant d’argent qu’aurait tenté de transmettre le ministre du Pétrole à la cheffe du gouvernement. Selon La Lettre du continent, ce sont 300 millions de francs CFA que Vincent de Paul Massassa aurait fait porter à sa patronne.

Vincent de Paul de Massassa aurait tenté d’envoyer à Ossouka Raponda un peu plus de 450 000 euros. © Gabonreview/Shutterstock

 

Combien contenaient les sacs de billest de banque que le ministre du Pétrole aurait fait parvenir à la cheffe du gouvernement ? Un peu plus d’une dizaine de jours après l’éclosion de ce scandale ‘’supposé’’, La Lettre du Continent a levé le voile sur la somme exacte que contenait le ‘’colis’’ transmis par Vincent de Paul Massassa à Rose Christiane Ossouka Raponda. Selon le courrier confidentiel d’information, ce sont environ 450 000 euros qui ont été ‘’offerts’’ à la Première ministre par son ministre. Soit un peu plus de 295 millions de francs CFA. Concrètement, 300 millions de francs CFA.

La Lettre du Continent ne révèle pas cependant d’où provenait ce magot destiné à «aider» Ossouka Raponda. Il est toutefois de notoriété publique que, pendant longtemps, le ministère du Pétrole était une régie financière : les sociétés pétrolières alimentant notamment une caisse dédiée au financement de la formation des agents de cette administration.

Le secteur pétrolier, une jungle de ‘’pots-de-vins’’

Il est également connu que le secteur pétrolier est une jungle de ‘’pots-de-vin’’. En 2017 par exemple, un document confidentiel du cabinet d’audit Deloitte révélait que la seule société Addax Petroleum avait effectué des versements suspects de quelque 100 millions de dollars (près de 56 milliards de francs CFA) au Nigeria et au Gabon. Un système de rétrocessions sur certains pots-de-vin ou sur des contrats destinés à des sous-traitants avait été révélé au Gabon. Un membre du directoire d’Addax Petroleum avait alors confié avoir apporté une mallette de 400 millions de francs CFA «pour souhaiter la bienvenue» à un ministre gabonais du Pétrole nouvellement nommé.

En 2019, un rapport de la Cour des comptes du Gabon révélait que Julien Nkoghe Bekalé avait, alors qu’il était ministre du Pétrole, laissé un trou de 20 milliards de francs CFA dans ce ministère. Bien entendu, il jura plus tard n’avoir «pas pris un copeck».

Ces pratiques n’ont jamais cessé. Un rapport de la Banque mondiale relayé par la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) du Gabon indiquait, en 2018, que plus de 1000 milliards de dollars de pots-de-vin sont versés chaque année dans le monde. Tous ces ‘’gisements’’ auraient donc bien pu alimenter les sacs d’argent de Vincent de Paul Massassa transmis à Rose Christiane Ossouka Raponda.

 
GR
 

15 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    450 000 euros, c’est QUOI devant les milliards détournés par le clan Bongo-Valentin ? Moi-même, quand j’étais encore de service, j’avais été missionné par feu Omar Bongo des plateaux Batékés pour aller chercher une mallette contenant plus de 500 millions de francs français (à l’époque)… Ces Bongo ne sont jamais arrêtés. Mai uniquement le petits voleurs. A Ntare Nzame !!! Pitié de vous !!!

  2. Jean .jacques dit :

    Un criminel tjrs sa haine parle de clan Bongo tu es du clan de haine?Est ce que c’est normal que un.ministre prend l’argent public pour remettre au PM?

    • Gayo dit :

      Jj ne sois pas stupide. Ces malettes d’argent des entreprises pétrolières pour corrompre les dirigeants et continuer à piller le Gabon ont toujours existé et existent toujours parceque les premiers à le premier à les recevoirs c’est Ali, après son père Omar. Les Bongos laissent ces entreprises corrompre tous leurs collaborateurs qui peuvent être informés des transactions mafieuses et des intérêts détournés des bongos qui ont même confisqué des puits de pétrole pour eux seuls.

    • SERGE MAKAYA dit :

      je peux bien écrire un livre sur TOUT CE QUE JE SAIS de ce régime pourri et satanique en lien avec la françafrique. Mais il y aura tellement de choses à dire qu’il y aura plusieurs têtes qui seront en MAL que ce soit au Gabon et dans le reste de l’Afrique, mais aussi et surtout beaucoup d’hommes et de femmes politiques Français. C’est mieux pour moi de vivre caché, car je voudrai encore profiter de mes enfants et petits enfants.

      • Goita dit :

        J’ose croire que vous avez une connaissance de ce système alors comment voulez vous le combattre sans le dénoncer? Qui le fera a votre place? Thomas Sankara disait: l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa revolte ne merite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave repondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maitre qui pretend l’affranchir.Seule la lutte libère.

      • SERGE MAKAYA dit :

        « … Depuis, ils essayent de trouver un arrangement familial… » Merci à vous, « Tellier Yvon », de rappeler cette MORT aux Gabonais qui continuent à croire qu’il est vivant. Ils n’ont qu’à continuer à rêver. Seulement, le réveil serait BRUTAL.

  3. Goita dit :

    C’est facile de faire une fixation sur le clan Bongo, ayons le courage d’admetrre que nous sommes tous coupable car la corruption, le tribalisme,le clanisme, l’egoisme,les crimes rituels,chapoté par la francafrique sont les maux de cette nation. Les grandes fortunes de ce pays peut importe leurs bords politiques ont volés et piées dans les caisses de l’etat et beaucoup ne pouvant justifier l’origine de cet argent sont obligés de s’exprimer par voix interposées comme des laches.

    • Gayo dit :

      Le clan Bongo sont les principaux responsable. Un bon leader seul peut transformer élever une nation par le modèle et l’exemple qu’il représente, la discipline qu’il impose et l’intelligence qu’il dégage et sa capacité a s’entourer d’homme de qualité. Exemple: Rawlings du Ghana, Paul Kagame du Rwanda, Mao en Chine, etc. Un seul homme vicieux peut détruire les valeurs d’une nation et le conduire a la ruine. Exemple Amin Dada, Omar Bongo, Ali Bongo, etc. Mauvaise fois ou manque d’intelligence que de mettre au même niveau de responsabilité des gens qui ont régné 50 ans sur le pays pays avec les moyens les plus puissants pour mettre le pays sur la bonne voie et les citoyens lambda qui dont le les mentalités se laissent naturellement formater par les pratiques de ceux qui les gouvernent. Quel miracle aurait pu faire des gabonais un peuple exceptionnel avec la qualité de la gouvernance des Bongos et leurs pratiques immoraux. Mettez des dirigeants comme les Bongo a la tête de n’importe quel pays pendant 50 ans, ce sera le même échec et la même perdition pour le peuple.

      • Goita dit :

        Je suis d’accord avec vous a condition que ce leader soit le choix du peuple, mais si celui ci est le choix des forces obscures c’est peine perdu.

      • SERGE MAKAYA dit :

        Mais qui a choisi les Bongo ? Le peuple ou la Françafrique ? le peuple n’y est pour rien. réfléchissez un peu. C’est pourquoi je n’a cessé de faire savoir ici que vous vous tromper complètement de cible depuis plus de 50 ans. Ces mêmes français peuvent placer un autre Gabonais, tant qu’il: demeurera leur VALET, ça ne changera rien, même si on s’appelle Barro Chambrier ou Laurence Ndong, ou que sais-je encore. UN VALET RESTE UN VALET. IL EST ORDRE DE CELUI QUI L’A PLACE. PEU IMPORTE CES COMPÉTENCES.

        Jean Ping ne veut justement pas être ce valet. C’est pour cela qu’il n’a pas la côte chez ces voyous de français. OUVREZ BIEN VOS YEUX SUR UNE RÉALITÉ QUI VOUS ÉCHAPPE COMPLÈTEMENT. ET CESSEZ DE PARLER D’ALI BONGO QUI, JE VOUS LE RÉPÈTE, N’EST PLUS DE CE MONDE. CROYEZ-MOI SVP.

  4. diogene dit :

    C’est la garantie d’impunité qui pousse au crime.

    L’impunité s’achète au plus haut niveau, ainsi notre chef peut proclamer qu’il a les mains blanches puisqu’il considère que le recel n’est pas un crime.

    « Ces gens-la (les recéleurs) sont pire que les voleurs ! »

  5. NGOUSS MABANGA dit :

    Pendant que certains Gabonais crèvent de faim, vous c’est les millions vous vous distribuez. ah ça!!!

  6. olibrius loustic dit :

    Comment osez-vous dire autant de mal de notre président, démocratiquement élu en 2016 avec un taux de participation national de 59,46 % et surtout de 99,93 % dans le Haut-Ogooué ?
    Vraiment ! Reprenez-vous.

  7. sylvia dit :

    Depuis que le pétrole est exploité au Gabon, les bonus pétroliers sont destinés à la famille Bongo, aujourd’hui à la famille Valentin et à la Franç-afric mafieuse.

    Vente de 27 blocs pétroliers en Juillet 2021 au Gabon , soit 800 millions de dollars américains de bonus détournés par la présidence de la république et ces ministres.

    Le peuple gabonais aphone et tétanisé, est bâillonné comme des esclaves des années 1880!

    Après Ndouna Alexis, c’est le pétit Massassa qui se sucre les bonus malus du pétrole gabonais.
    Vous le payerez un bon matin.

Poster un commentaire