HABANA

Un atelier au bénéfice des préfets et sous-préfets s’est tenu le 26 juillet 2014 à Franceville dans le Haut-Ogooué. Il portait sur «L’implication des préfets et sous-préfets de la province du Haut-Ogooué dans l’application des lois relatives à la gestion durable des ressources fauniques et floristiques».

La photo de famille au sortir de l’atelier. © D.R.
La photo de famille au sortir de l’atelier. © D.R.

 

Durant les travaux, présidés par Bertrand Moundounga, gouverneur de la province du Haut-Ogooué, l’assistance a été édifiée sur l’importance d’un parc national et plus précisément sur le rôle du projet dans le parc des plateaux Batéké. Au titre des communications, le Directeur du Projet protection des gorilles (PPG) a effectué une projection sur le processus de réintroduction des gorilles sur l’île qu’occupe le projet qu’il supervise dans le parc des plateaux Batéké.

L’atelier a également été l’occasion pour un représentant de la société forestière Precious Wood CEB d’exposer sur les stratégies relatives à la gestion de la faune sauvage, prévues dans leur Concession forestière sous aménagement durable (CFAD), tandis que l’administration de la Forêt, de l’Environnement et de la Protection des Ressources naturelles a, lui, entretenu les participants sur quelques aspects de la Loi 16/01 portant Code forestier en République gabonaise et sur la stratégie nationale de la gestion du conflit Homme/Faune conçu par le FAO.

Avant l’exposé de Mme Frédérique Bitar, président du Tribunal, sur la loi 15/82 qui fixe le régime des armes et munitions en République gabonaise, l’ONG Conservation Justice a, pour sa part, présenté le trafic international des produits fauniques en l’occurrence celui de l’ivoire avec un focus sur la sous région.

Clôturant les travaux, le gouverneur du Haut-Ogooué a énuméré les recommandations de cet atelier : l’alourdissement des peines en matière d’Eaux et Forêts, la politique d’indemnisation des populations dont les plantations sont détruites par les éléphants et la veille au respect stricte de la procédure d’acquisition d’armement.

Pour rappel, depuis une année déjà, plusieurs arrestations de trafiquants d’ivoire ont eu lieu dans le Haut-Ogooué, avec des condamnations judiciaires plus ou moins fortes. Les résultats obtenus sont certainement à encourager et généraliser.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire