mdas

Initialement prévue pour six jours, du 18 au 24 août, les soutiens politiques woleuntémois de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine ont prolongé cette tournée provinciale jusqu’au 28 de ce mois.

Jean Ping dans un village entre Lalara et Mitzic, dans le Woleu-Ntem. © D.R.

Jean Ping dans un village entre Lalara et Mitzic, dans le Woleu-Ntem. © D.R.


 
Après l’Ogooué-Ivindo, et avant l’Estuaire, Jean Ping a démarré sa tournée politique dans le Septentrion hier. Les Woleuntémois ont mis les petits plats dans les grands pour accueillir chez eux celui qui se présente, jour après jour, mois après mois, comme futur candidat à la prochaine élection présidentielle ! De Mitzic à Medouneu, en passant par Minvoul, Bitam et Oyem, Jean Ping va arpenter les centres urbains, les cantons, les regroupements de village, les hameaux de cette province qui vient d’élire, le 8 août dernier, un député à Bitam et un sénateur à Medouneu (Haut-Como) pour le compte des forces de l’opposition. Autant dire que l’ancien chef de la diplomatie gabonaise arrive «en terrain ami»…
Selon le programme de la tournée, Jean Ping sera reçu dans plus d’une quarantaine de villages et de regroupements de village, passant de Yeffa à Nzongongone et de Bibasse à Bissock, et d’Awoua à Konoville (il y déposera une gerbe de fleurs au monument de Simon Essimengane qui, on se souvient, avait soutenu la candidature de Casimir Oye Mba en 2009 jusqu’au retrait de celui-ci de la compétition)… Dans le canton Ellelem, il ira rendre hommage à Pierre-Claver Zeng Ebome, ancien vice-président de l’Union nationale, décédé en mai 2010. A Medouneu aussi, Jean Ping déposera une gerbe de fleurs sur la tombe d’André Mba Obame, décédé en avril dernier.
Contrairement au programme initial qui devait durer du 18 au 24 août, la tournée woleuntémoise de Jean Ping va être prolongée de quatre jours, jusqu’au 28 août. Soit finalement dix jours. Le programme prévoit notamment quarante-trois causeries, sept meetings, et une trentaine de rencontres avec des notables.
Le comité d’organisation de cette tournée compte des chefs ou des représentants de partis (CCDG, 7 MP, ULP, etc.), des notables tels que l’ancien ministre Bonjean-François Ondo, d’anciens hauts fonctionnaires, à l’instar de François Nguema Ebane, d’anciens députés tel que Clément Ndong Mba Ebognô, des cadres comme Jean de Dieu Ndoutoume Eyi, Hubert Daladier Minang qui en sera le coordonnateur général sous l’autorité de René Ndemezo’Obiang, président du comité d’organisation. Pendant cette tournée, Jean Ping est accompagné de l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, vice-président de l’Union nationale, et sénateur UN du deuxième arrondissement de Libreville, de Jean Ntoutoume Ngoua, vice-président de l’Union nationale, de Pierre Amoughé Mba, d’André Mbourou et de Francis Edou Eyene, leaders de l’Union pour la liberté et le progrès (ULP), et de nombreux cadres du mouvement des Souverainistes.
Comme il l’a fait dans les étapes précédentes, Jean Ping va certainement tenir, dans le Septentrion, un discours axé sur la nécessité du changement.
 

 
GR
 

0 Commentaires

  1. Norbert Epandja dit :

    Tout simplement « Formibale ». Nous sommes impatients de voir Jean PING dans le Haut-Ogooué.

  2. matho dit :

    Très bon travail de terrain.Il faut apporter aux populations l’autre éclairage de la situation du pays,elles qui sont abreuvées de discours orientés vantant les maquettes du YAYA national.

  3. Abel terrence dit :

    QUE CELA SOIT AINSI EGALEMENT DANS LA NYANGA!!!!

  4. azel dit :

    Merci boss .il n-y-a de pouvoir k d’hommes.

  5. Disu Disu dit :

    J’espère qu’il n’abandonnera pas comme l’a fait Paul Mba Abessole dans les années 90, après avoir parcouru tout le territoire national.

  6. La Source Sûre dit :

    Voilà un homme qui a compris comment il faut faire la politique au Gabon. C’est pour cela qon voulait dja finir avc le doute sur la candidature a cette election en tant Candidat de l’opposition, dc du peuple. Pcqil faut necessairement faire ce travail de fourmillement sur le terrain.
    Mai si AMO a pu gagner en qq semaines la confiance des gabonais pr remporter en 2009, c’est quasi sur que 2016 est dja ds la poche. Bravo, mon Pr!

  7. Kombila dit :

    Dans le Front, certains restent convaincus de la nécessité de ne pas déjà désigner de candidat ; d’autres, comme Mao et ses soutiens, semblent se dire qu’il est temps de donner un visage à leur combat et, aussi, ne plus laisser la majorité seule quadriller le terrain. En quoi cette tournée de Ping sur le terrain, accompagné de ses seuls amis, est-elle bénéfique pour le Front ?

  8. Bassomba dit :

    Ping n’a pas daigné rentrer au Front, il s’en fout, seuls ses milliards parleront pour lui dans tout le pays

  9. WILL dit :

    Le Peuple de l’Opposition a tout intérêt à se mobiliser autour d’un LEADER qui rassemble la majorité des leaders de son camp. C’est avec ce dernier que le combat noble de la démocratie tant clamée par tous trouvera un aboutissement heureux. Il suffit d’être un peu lucide pour reconnaitre que MONSIEUR JEAN PING a le profil nécessaire pour mener ce combat à terme IL EST MEME AU CARREFOUR DES ETHNIES, AU DESSUS DE CES TYPES DE CONSIDERATIONS. Il n’est point besoin de méconnaitre les talents de bien d’autres, mais la sommes de tous ces leaders autour de cet HOMME transformera le subconscient des Gabonais et fera « mouche ». QUE DIEU NOUS AIDE A AVOIR LE DISCERNEMENT POUR NE PLUS RATER LE CAP DE 2016

  10. YOVE dit :

    Bravo grand homme! Nous sommes avec toi.

  11. Odzamboga dit :

    Au Gabon, nous sommes fatigué d’attendre toujours les derniers jours pour rentrer en campagne. Et pendant tout ce temps le PDG continue à vendre des illusions au peuple dans l’arrière pays. Jean PING Ossou !

Poster un commentaire