TATIE

Organisée du 02 au 17 août 2020 par LoSyndicat, la Journée nationale des poésies de l’indépendance (JNPI) tenue dans le cadre des festivités de 17 août a fait 4 heureux, à l’issue du concours de poésie. Qu’à cela ne tienne, tous les textes seront publiés sous forme de recueil collectif.

Live de clôture et résultats du concours de poésie. © Capture/Gabonreview

 

Tel que préconisé par le Collectif d’écrivains gabonais LoSyndicat, la Journée nationale des poésies de l’indépendance du (JNPI) a connu un franc succès. Son ambition était de rassembler les poètes amateurs ou confirmés sans distinction d’âge, pour participer à cet événement de deux façons : à travers un concours ou hors concours et libérer leur pouvoir créateur. Cette JNPI a permis, selon les organisateurs, d’apprécier des œuvres aux accents divers par le truchement d’un concours à l’issue duquel, 4 prix ont été décernés.

Les jeunes pousses de la bibliothèque Imya brandissant leurs attestations de participation. © LoSyndicat

Le 1er prix d’une valeur 100.000 francs CFA est revenu à Clyde Stene Nzenguet Ygongo pour son texte, Dikake. D’une valeur de 75.000 francs CFA, le 2e prix a été décerné à Efry Mudumumbula. Le duo Nihl & Vianney a obtenu le 3e prix d’une valeur de 50.000 francs CFA tandis Stael Mavioga s’en est tiré avec le 4e prix d’une valeur de 25.000 francs CFA.

Selon LoSyndicat, cette quinzaine était l’occasion d’appeler au changement de paradigme et ce, lors de la célébration de l’indépendance du Gabon. En lieu et place des processions militaires, le collectif a voulu «replacer la poésie au centre du village Gabon». Une façon, assure les écrivains, de rappeler que l’indépendance est une «chose trop sérieuse pour être l’apanage exclusive de l’armée et de son exhibition belliciste». Il s’agissait pour les créateurs d’œuvres de l’esprit de faire de ce moment le lieu de renouvellement de l’imaginaire et des discours neufs, sur l’histoire du Gabon et son devenir, sans laisser de côté le «condition d’opprimé» du peuple gabonais, «notamment dans un contexte de domination néocoloniale et ultralibérale».

En plus des 4 récipiendaires, informe LoSyndicat, tous les textes des participants hors concours sont retenus et feront l’objet d’une publication imminente sous forme de recueil collectif.

 
GR
 

1 Commentaire

Poster un commentaire