GR

Trois mois après avoir ravi le jeune humoriste à ses anciens managers gabonais, Lukas Masta, l’impresario français qui promettait une carrière internationale au Petit Mayombo est injoignable depuis plusieurs semaines, emportant avec lui les codes d’accès du compte Instagram de son artiste qui a récemment décidé de signer un contrat de 2 ans renouvelables avec Even’Jet, la structure spécialisée dans l’organisation d’évènements festifs pour laquelle il avait déjà travaillé auparavant.

Le Petit Mayombo est désormais signé à Even’Jet. © D.R.

 

Nouvelle déconvenue pour Le Petit Mayombo. Trois mois seulement après sa signature avec Lukas Masta, par ailleurs manager du rappeur français Kalash Criminel, le jeune humoriste gabonais vient de s’attacher les services de Even’Jet, la structure spécialisée dans l’organisation d’évènements festifs pour laquelle il avait déjà travaillé auparavant en tant que «lutin» dans sa boutique à Montagne Sainte à Libreville.

Pour rappel, c’est cette société qui avait permis au « Mimi des mimis » de remporter en 2019, à l’occasion d’un vide-grenier organisé par la boutique, son billet d’avion aller-retour pour la France et dont le jeune humoriste gabonais s’était servi pour sa première tournée médiatique à Paris, en février 2020.

Le manager français est introuvable depuis des semaines

Si Coralie Faraht Chandezon explique à Gabonreview que le choix de signer Le Petit Mayombo tient d’abord à la relation affective existant depuis l’an dernier entre sa famille et le jeune humoriste, elle informe surtout que ces derniers mois l’ex-manager français qui lui promettait une carrière internationale ne répond plus à son artiste.

«Je lui avais dit de faire attention et lui avait clairement exprimé que je n’étais pas très partante pour ce nouveau contrat avec son nouveau partenaire en France, mais il s’est empressé de le signer. Et cette personne, qui s’occupait par ailleurs du rappeur Kalash Criminel, a disparu, ses numéros ont été coupés, il y a clairement eu de sa part une rupture abusive de contrat. Or, comme pour l’ancienne équipe du Gabon, c’est lui qui détenait les codes de tous les comptes des réseaux sociaux», explique la responsable de Even’Jet.

Un «contrat 360°» de 2 ans renouvelables

Avec la structure Even’Jet dont c’est la première, en termes de signature d’artiste, Le Petit Mayombo a signé un contrat dit 360° ou «à droits multiples». En clair : il devra partager la moitié de ses revenus issus des spectacles, tournées médiatiques, merchandising ou aux sponsorings avec son nouvel impresario. Mais Coralie Faraht Chandezon le promet, «c’est Le Petit Mayombo qui fait le plus gros boulot, il n’est donc pas question de prendre la moitié des revenus qu’il gagnera de ses différentes prestations».

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Ulys dit :

    Petit Mayombo, tu vois les retombées ?

  2. Parfait dit :

    Avant de signer un contrat attachez-vous les services d’un conseiller juridique pourquoi les gens sont incrédules à ce point. Le juriste conseil saura vous conseillez à prendre la bonne décision, à signer le bon contrat

  3. guy papé dit :

    petit mayombo dans la vie il faut avoir l’oeil de discernement avant de s’engager dans une aventur avec une personne que tu ne connais pas fait d’abord les enquête pour cherché à savoir qui est cette personne la précipitation pour la signature d’un contrat se bien. me je crois que la prochainement tu ne ferra plus des erreur pareil

Poster un commentaire