TATIE

 

Le Royaume du Maroc célèbre ce jeudi 30 juillet 2020 la Fête du Trône qui coïncide cette année avec le 21ème anniversaire de l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au trône de ses glorieux ancêtres.

© D.R.

 

Dans un entretien accordé à Gabonreview, l’Ambassadeur du Royaume du Maroc auprès de la République Gabonaise, Son Excellence Monsieur Abdallah SIBIHI, a déclaré que cette fête constitue un moment privilégié dans l’histoire de la nation marocaine, en ce sens qu’elle renvoie au renouvellement du Pacte d’Allégeance à Sa Majesté le Roi, Commandeur des Croyants, et cristallise, de ce fait, l’attachement indéfectible de toutes les composantes du peuple marocain au Trône Alaouite.

© D.R.

Pour le diplomate marocain, cette fête est le symbole emblématique de la cohésion entre le peuple marocain et ses Souverains. Elle est ainsi l’occasion de réitérer le respect, l’estime et le dévouement permanent que voue le peuple marocain à son Roi, d’exprimer clairement les valeurs d’authenticité, de liberté et de démocratie, et de s’engager en faveur de la défense de la liberté et de l’indépendance du Royaume et ses intérêts suprêmes, et à leur tête l’intégrité territoriale du Royaume chérifien.

Cette fête est également le moment de célébrer les réalisations du Maroc dans sa marche résolue vers le progrès et le développement, en vue d’assurer à toutes les citoyennes et à tous les citoyens les conditions d’épanouissement, d’accomplissement et d’émancipation. Il s’agit aussi d’un moment pour faire l’étatdes dysfonctionnements entravant cette marche et identifier, par ailleurs, les défis qui se posent en vue de mettre en place des stratégies efficaces pour les relever.

Dans ce cadre, l’Ambassadeur Abdallah SBIHI a fait observer que depuis l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au trône de ses glorieux ancêtres en 1999, le Maroc a vécu au rythme de réformes structurelles audacieuses visant la transformation du pays et sa modernisation, tout en restant fidèle à son identité et à sa civilisation singulière et millénaire.

A ce titre, un bond qualitatif a été accompli en matière d’infrastructures ; autoroutes, train à grande vitesse, grands ports, énergies renouvelables, réhabilitation urbaines…etc.

De même, des étapes importantes ont été également franchies dans le renforcement et la consolidation des droits et des libertés, pour un ancrage solide et sain de la pratique démocratique.

Par ailleurs, Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur a mis en exergue les réformes engagées par le Royaume, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, pour réunir les conditions à même d’assurer un nouveau départ dans la marche vers le développement inclusif et solidaire, un développement incitatif au labeur et à la responsabilité dans un climat démocratique et participatif.

Ainsi, et dès le début du règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc s’est lancé dans un travail de réconciliation avec le passé dans une logique visant la consolidation des droits de l’Homme, à travers le travail remarquable accompli par l’Instance Equité et Réconciliation, a-t-il ajouté.

Dans le même élan, et sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi, le Statut de la femme a connu en 2004 une révolution juridique et sociale, avec la promulgation de la nouvelle Moudawana (Code de la Famille) qui a consacré l’égalité homme-femme et amélioré substantiellement les droits des femmes, faisant entrer ainsi le Maroc dans une nouvelle ère, celle de la modernité et de la consécration du rôle de la femme dans la société.

Sur le plan économique, le Maroc a initié depuis le début des années 2000 des réformes importantes et décisives, autour desquelles plusieurs stratégies sectorielles ont été mises en place, notamment dans les différents secteurs : industrie, agriculture, commerce et tourisme.

Ces réformes ont été accompagnées par un effort considérable en investissements dans les infrastructures en vue de favoriser l’insertion du Maroc dans le monde économique, à travers le lancement de grands projets ; dont les plus importants sont : le port Tanger-Med, la Ligne à Grande Vitesse, le réseau autoroutier, les énergies renouvelables, la politique des barrages ainsi que l’Initiative Nationale de Développement Humain ( INDH) ayant une grande dimension sociale s’inscrivant dans le cadre de l’économie sociale et solidaire.

Concernant les réformes institutionnelles, la nouvelle constitution de 2011 a renforcé le modèle démocratique marocain, de même qu’elle a consolidé les droits de l’Homme dans leurs différentes dimensions politique, économique et culturelle, tout en favorisant la bonne gouvernance à travers la régionalisation avancée.

Abordant la politique étrangère, le diplomate marocain s’est réjoui de ce que le règne de Sa Majesté le Roi a été marqué par l’adoption d’une nouvelle politique de repositionnement pour consolider ses relations avec ses partenaires traditionnels et diversifier ses liens avec d’autres pays à travers le monde.

Grâce à cette politique clairvoyante, le Maroc est devenu un acteur écouté et respecté sur la scène internationale et un interlocuteur sollicité sur les thématiques multilatérales, comme l’environnement, la migration, la lutte contre le terrorisme et l’intégration économique.

Evoquant, par ailleurs, la question du Sahara marocain, Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur a tenu à expliquer que la célébration de la glorieuse fête du trône est l’expression de l’attachement à la marocanité du Sahara, à l’unité nationale et à l’intégrité territoriale du Maroc.

A cet effet, il a souligné que la position du Maroc sur cette question est claire et constante, à savoir qu’aucun règlement de cette question n’est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara et en dehors de l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc, dont la communauté internationale a reconnu le sérieux et la crédibilité.

Sur le même sujet, le diplomate marocain a affirmé que la politique africaine du Maroc a connu un renouveau et un développement sans précédent couronné par le retour du Maroc à sa famille institutionnelle africaine.

Et d’indiquer que la politique africaine du Maroc durant le règne du Roi Mohammed VI est magistralement illustrée à travers plus de 50 visites Royales dans une trentaine de pays, visites marquées par la promotion des intérêts communs avec la mise en place de partenariats solidaires gagnant-gagnant.

A travers cette coopération interafricaine agissante et solidaire, le Maroc a opté pour la mise en place de partenariats équilibrés, sur la base du respect mutuel et dans l’intérêt compris des peuples africains.

Ainsi, le Maroc a mis à la disposition des pays africains frères et amis, son savoir-faire et son expérience pour les appuyer et les accompagner dans leurs efforts pour le progrès et le développement.

Cette politique volontariste et ambitieuse a fait que le Maroc est devenu un acteur sollicité, un acteur incontournable et un acteur engagé pour l’Afrique et en faveur des préoccupations africaines. Les quelques données ci-après, détaillées par Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur, illustrent fort bien cet engagement sincère et soutenu :

  • Le Maroc est lié avec 80% des pays africains par plus de 1000 accords et conventions depuis 1999, couvrant des domaines aussi variés que l’enseignement supérieur, la formation des cadres, la santé, les infrastructures, les énergies renouvelables, l’assainissement et l’eau potable. Il s’agit, en effet, d’un réseau de relations le plus dense aujourd’hui du continent.
  • Plus de 20000 étudiants africains, provenant de 42 pays, poursuivent leurs études dans les instituts supérieurs, les grandes écoles et les universités marocaines
  • Le Royaume du Maroc est le 15ème contributeur en troupes des Nations Unies. Il déploie actuellement ses casques bleus exclusivement dans le continent africain
  • Le Maroc est le premier investisseur africain en Afrique de l’Ouest et le deuxième en Afrique, mobilisant plus de 8 milliards d’IDE
  • Les banques marocaines sont présentes à travers leurs filiales dans 26 pays du continent
  • Les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Afrique ont été multiplié par 30 durant cette dernière décennie
  • L’Office Chérifien des Phosphates(OCP) a consenti en 2017 son plus gros investissement à l’international avec près de 5 milliards de dollars engagés en Afrique pour construire des usines de production d’engrais en Ethiopie et au Nigéria, notamment
  • L’Institut Mohammed VI de Formation des Imams, des Morchidines et Morchidates, forme actuellement plus d’un millier d’étudiants provenant de plusieurs pays africains dont le Gabon.

Par ailleurs, et dans le contexte de la pandémie du Covid-19, le Royaume du Maroc a fait montre d’une solidarité exemplaire et sans précédent en direction du continent africain, en accordant, sur Hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, d’importantes aides médicales à plusieurs pays africains et à la Commission de l’Union Africaine, pour les aider à riposter à la propagation de la pandémie.

Abordant enfin les relations bilatérales avec notre pays, le Gabon, l’Ambassadeur Abdallah SBIHI s’est félicité des relations d’exception qu’entretiennent les deux pays sur tous les plans.

A cet effet, il a saisi l’occasion de l’entretien pour renouveler au Gabon et aux gabonais, avec à leur tête son Excellence Monsieur Ali Bongo Ondimba, Président de la République, Chef de l’Etat, ses remerciements solennels pour la position réaliste du Gabon concernant l’intégrité territoriale du Maroc, en affirmant qu’en défendant les principes du droit international et ceux de la paix et de la sécurité, le Gabon a toujours fait preuve d’une proximité diplomatique et d’un soutien sans faille pour le Maroc.

L’Ambassadeur Abdallah SBIHI a également saisi cette occasion pour se féliciter de l’ouverture, en janvier 2020, d’un Consulat Général du Gabon à Laâyoune, Chef-lieu des provinces du Sud du Royaume, témoignant ainsi de la position ferme et sans équivoque de la République Gabonaise concernant la question du Sahara marocain.

Continuant sur ce registre, Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur a rappelé que la coopération maroco-gabonaise est exemplaire, et se poursuit conformément à la vision des deux Chefs d’Etat, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son frère le Président de la République Ali Bongo Ondimba.

Ainsi, d’importants chantiers de coopération sont en cours dans plusieurs domaines, auxquels il faut ajouter que plus de 1000 étudiants gabonais dont plus de 250 blousiers poursuivent leurs études au Maroc, sachant qu’au titre de l’année académique 2019-2020, le Maroc a décidé de relever le quota des bourses d’études accordés au Gabon de 100 à 120 places assorties de bourses, dont 20 dans la formation professionnelle.

En parlant de la formation professionnelle, le diplomate marocain a saisi cette occasion pour rappeler qu’un grand centre d’une capacité de 1000 élèves, dédié aux métiers du transport et de la logistique a été construit à Libreville, sur initiative de Sa Majesté le Roi, pour permettre à l’Etat gabonais d’accroitre la capacité d’accueil et de diversifier l’offre de formation pour les jeunes gabonais.

De même, l’Ambassadeur SBIHI a indiqué que dans le domaine de la santé et du développement humain, le Maroc, à travers l’Initiative Nationale de Développement Humain, a équipé entièrement deux centres de prise en charge des enfants autistes et trisomiques, et installé deux unités médicales d’hémodialyse dans les villes de Franceville et Port-Gentil.

L’Ambassadeur a également souligné que le Gabon est le premier partenaire économique et commercial du Maroc en Afrique Centrale avec un stock d’IDE estimé à plus de 600 millions USD dans des domaines d’investissement très variés, tels que les télécoms, la banque, l’aérien, les mines, l’assurance, l’industrie du bois, le conseil, l’ingénierie, les cimenteries et le BTP.

Et de conclure que plusieurs sociétés marocaines continuent de manifester un intérêt pour le marché gabonais, signe de confiance du modèle réussi de coopération interafricaine agissante et solidaire.

En somme, l’Ambassadeur du Royaume chérifien a affiché un satisfecit total quant à l’excellence des relations maroco-gabonaises, et exprimé son optimisme pour leur approfondissement davantage dans le futur, grâce aux atouts des deux pays et surtout à la fraternité et l’entente entre les deux peuples marocain et gabonais.

A ce sujet, il a mis en exergue lacontribution de la communauté marocaine établie au Gabon, forte de plus 2000 personnes, dans le développement du Gabon et en matière de rapprochement des deux peuples et des cultures des deux pays, indiquant que plusieurs concitoyennes et concitoyens marocains sont liés par les liens de mariage avec des citoyens gabonais.

Enfin, l’Ambassadeur SBIHI a clôturé ses propos en se réjouissant de l’ouverture du nouveau complexe diplomatique du Royaume du Maroc à Libreville, qui constitue un joyau de l’architecture marocaine et une fierté pour tous les marocains, fruit et symbole de la hauteur des relations entre les deux pays frères.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    « …plusieurs sociétés marocaines continuent de manifester un intérêt pour le marché gabonais… » ? Mon œil !!

    Dites à votre roitelet de venir récupérer Sylvia et Nourredine. Ils seront plus heureux dans son royaume. Au Gabon, il n’y a pas de royaume.

  2. Sophie dit :

    A t’on besoin d’un si long article sur le Maroc sachant que c’est l’un des pays qui nous cache la mort du dictateur et usurpateur Ali Bongo ?

  3. Fiacre dit :

    Pour tout ce que votre roi prend au Gabon, vous auriez pu construire gratuitement une université, non pas musulmane, juste une université. Le Gabon vous donne assez d’argent comme ça.

Poster un commentaire