TATIE

A l’initiative du ministère du Commerce, un bureau d’information et de vulgarisation de la Zone de librechange continentale africaine (Zlecaf) a lancé ses activités, le 13 janvier, au sein de la Zone économique spéciale de Nkok.

Le ministre du Commerce Hugues Mbadinga Madiya, sa collègue en charge de la Promotion des investissements, Carmen Ndaot, et l’administrateur général de la Zerp de Nkok, Anne Nkene Biyo’o lors de la vulgarisation de la ZLECAf auprès des entreprises de la ZES de Nkok. © D.R.

 

Le ministre en charge du Commerce, Hugues Mbadinga Madiya et sa collègue en charge de la Promotion des investissements et des Partenariats Publics-Privés, Carmen Ndaot, ont procédé le 13 janvier à l’ouverture du bureau d’information et de vulgarisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) au sein de la Zone économique spéciale de Nkok.

© D.R.

Cette structure de promotion et de vulgarisation de l’Accord de libre-échange qui devrait stimuler les échanges commerciaux régionaux entre les pays membres et booster la transformation économique du continent, sera chargée d’accompagner au quotidien les acteurs du pays dans leur appropriation de cet accord. Sa vocation est de fournir aux opérateurs économiques,  des informations indispensables pour la compréhension de l’accord, les instruments d’opérationnalisation de la Zlecaf, les documents commerciaux requis, et les mécanismes d’accompagnement mis en place par les pouvoirs publics.

Le Gabon travaille déjà à l’élaboration d’un plan d’action opérationnel de la zone continentale africaine de libreéchange, en vue de rendre plus compétitifs les produits made in Gabon. Entrée en vigueur le 1er janvier 2021, la Zlecaf vise à booster les échanges commerciaux intra-africains, ouvrant ainsi aux opérateurs économiques du continent un vaste marché estimé à 1,2 milliard de consommateurs.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire