TATIE

Après son malaise survenu en début de semaine, qui lui a valu un bref séjour à l’Hôpital d’instruction des armées Omar Bongo Ondimba (HIAOBO), le maire de Libreville se porterait désormais mieux, à en croire son avocat qui l’a vu avant son départ pour la prison centrale où il est en détention préventive depuis mardi, soupçonné de malversation financières et de chantage.

Après son malaise lundi, Léandre Nzué, maire de Libreville en détention à « Sans-Famille », se porte mieux, selon son avocat. © L’Union

 

Léandre Nzué a passé sa première nuit à «Sans-Famille». Mardi 15 septembre, le maire de Libreville a été auditionné par le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville qui, au bout quelques heures, a décidé d’ouvrir une instruction contre l’élu municipal. La veille, l’édile avait semblé avoir échappé à son tête-à-tête avec Patrick Roponat. Il avait en effet été pris d’un malaise dans les couloirs du palais de justice, ce qui avait eu pour conséquence le renvoi de l’audition.

Transporté d’urgence par l’ambulance du SMUR-CNSS pour l’Hôpital d’instruction des armées Omar Bongo Ondimba (HIAOBO) de Libreville, Léandre Nzué y avait été mis en observation. Ses proches et un de ses quatre avocats avaient alors évoqué «un malaise cardiaque» sans nul doute dû au stress. Aucune information n’avait été donnée sur l’état de santé du maire avant son retour au palais de justice 24 heures plus tôt.

Si certains s’inquiétaient, son avocat, Me Jean Paul Moumbembé, assure qu’«il est vraiment en forme». Son état de santé n’était donc pas aussi que ces proches le craignaient. Selon des indiscrétions, c’est l’homme de 63 ans qui a tenu lui-même à se présenter devant le procureur au lendemain de son malaise.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire